Le silence

Pages: 8 (1919 mots) Publié le: 18 février 2012
Vénérable maitre et vous tous mes frères en vos grades et qualités.

C’est avec une certaine émotion, et une réelle joie que je vous présente ce midi, le résultat de mon travail. Un travail sur lequel j’ai planché, non sans être animé d’un flot d’incertitudes. Peut être, car la première planche dans la vie d’un maçon et c’est ainsi que je le ressens, prend la forme d’un dépucelage. Se livrerdevant une assemblée constituée de mes frères n’est pas chose aisée. Si nous avons quitté le monde profane, et que nous sommes à l’abri de tout jugement de valeur, l’être humain que je suis, se dit que la nature de l’homme, même si elle s’affirme fraternelle, nous pousse parfois intérieurement à ricaner.
Cette petite voix chez certains peut être l’expression d’une éventuelle forme de convoitise, ous’emploie-t-elle à rappeler notre suprématie, ou encore, cette voix soudain disparait pour laisser place au silence… Un silence qui offre la possibilité de s’ouvrir pleinement à l’autre, sans se laisser dépasser par ses ardeurs, en prenant le temps de la réflexion, celle qui nous caractérise, nous autres FM.’.
Stendhal disait : « Quand tu t'imposes le silence, tu trouves des pensées ; quand tute fais une loi de parler, tu ne trouves rien à dire. ». J’aurai pu ne rien vous dire, laisser planer pendant une bonne dizaine de minutes, un long silence sur le temple. Quelle aurait été votre réaction ? Culotté ce garçon…, vide cet individu…, fumiste ce type…, un vrai sage… laissons là les spéculations et soyons réalistes. Ce long silence que je vous aurai imposé aurait été une véritable épreuvede force tant pour vous que pour moi, car je ne suis pas parmi vous pour réaliser une quelconque prouesse, ni vous, ici, pour la subir
Le silence, celui qui fait de moi un apprenti, m’a tout d’abord terrorisé, quand les règles de l’obédience me l’ont imposé.
Me taire, ne pas réagir sur l’instant, était et, je le croyais, une forme d’asservissement. Il me fallait donc la fermer et écouter. J’aitrès vite compris et admis ce principe, car dans la vie de tous les jours, il faisait partie de mon fonctionnement, je venais de le découvrir.

Mon métier de journaliste m’a propulsé parfois sur des scènes et dans des situations qui imposaient la non parole. Je me souviens avoir assisté à des procès d’assises pendant lesquels, je cherchais en l’accusé toute manifestation d’humanité. De retour aubureau, je prenais le temps de la réflexion et ne m’autorisais jamais à parler de l’affaire avec mes confrères, justement pour éviter de tomber dans le débat et me heurter à des idées préconçues. Avec beaucoup de précaution, j’essayais de rédiger un compte rendu fidèle au débat, sans effet de style, sans clouer quiconque au pilori. J’ai compris par la suite que je m’en remettais à ma petite voixintérieure, celle silencieuse pour le monde extérieur. Cette voix me rappelait souvent à l’ordre et me renvoyait à un événement ayant provoqué un séisme dans ma vie de journaliste.
Un courrier qui m’est parvenu un jour mentionnait. Ce matin, j’ai retrouvé mon mari pendu. A ses pieds, notre photo de mariage et votre article de presse. J’ai eu peur, je me suis senti coupable de la mort de cethomme qui avait pris six mois avec sursis pour des violences conjugales. Dans mon article, je n’avais ni cité son nom, ni permis à quiconque de le localiser. Mais lui s’était reconnu. Un silence de plomb venait de s’abattre en mon for intérieur. Comme disait Philippe Besson : «  Il est des silences, parfois, qui blessent plus sûrement qu’une injure. »

Mais, « Le silence est parfois une forme derésistance ». - Lao She, pourtant fidèle partisan de Mao, exprime, dès 1966, son angoisse devant la montée de la Révolution culturelle. Quelques semaines plus tard, il est interpellé, interrogé, battu. L’écrivain se suicide, le 24 octobre de la même année. Son geste, dans la Chine Maoïste apparait comme un acte politique fort. Dans Essais sur la Chine, Simon Leys indique : « Sur cette question...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le silence
  • Silence
  • Le silence
  • Le silence
  • Le silence
  • le silence
  • Le silence
  • Le silence

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !