le sociologue pris en sandwich

Pages: 19 (4690 mots) Publié le: 30 novembre 2013
DOSSIER
Le sociologue pris en sandwich !
Retour sur une observation participante dans un fast-food
Damien Cartron (*)
Dans un précédent article (BURNOD, CARTRON et
al., 2000), nous décrivions les conditions de travail
des salariés de la restauration rapide (cf. encadré 1).
Nous proposons dans celui-ci de comprendre, à partir des réactions de l’enquêteur, l’organisation du
travail auMcDonald’s. En étudiant le travail de l’observateur nous pouvons rendre compte de la force de
l’organisation du travail dans les fast-foods, et son
efficacité à obtenir l’engagement des équipiers dans
ce travail.
Travailler dans un fast-food, qu’on soit équipier
ou observateur, est une mise à l’épreuve. Celle-ci est
d’autant plus douloureuse que l’observateur ne se
doute pas des difficultés pouratteindre le niveau
attendu de lui. Observer les conditions de travail
dans un emploi « non qualifié » (1) c’est aussi se
rendre compte de la difficulté à tenir ces postes
déqualifiés. Je m’étais fait embaucher chez
Mc Donald’s sans révéler ma qualité de sociologue
et j’ai dû travailler comme n’importe quel équipier
qui souhaite conserver son emploi. Mener une telle
observationparticipante masquée dans un fast-food
entraîne très rapidement un engagement de soi dans
l’action qui empêche la réflexivité. Cette absence de
réflexivité qui pourrait, a priori, passer pour un obstacle à l’impartialité de la démarche scientifique se
révèle au contraire être un atout pour comprendre
l’engagement « paradoxal (2) » des équipiers dans le
jeu productif.
Le ton de ce papier, qu’on pourrajuger parfois
léger ou ironique, reprend volontairement la mise à
distance que les équipiers imposent à ce « petit boulot » qu’ils refusent de voir comme leur travail (3).
Pour l’observateur aussi ce « petit boulot » n’est pas
son travail, mais son terrain d’observation. La mise
à distance de cet emploi par l’observateur est sans
doute assez comparable à celle des étudiants dans le
refusde considérer cet emploi comme son travail.
La volonté de distance n’est pas le seul point commun entre l’observateur et les observés face à ce tra-

vail : l’incapacité à se distancier complètement en
est une autre : FAVRET-SAADA (1990) note à quel
point il est difficile d’observer et participer sans être
soi-même affecté (c’est-à-dire engagé sans réflexivité) par ce à quoi on participequand on observe.

La mise à l’épreuve
de l’observateur
L
’observation participante m’a permis de contourner la difficulté (4) de faire parler les salariés de
leurs conditions de travail et notamment de ce qui
les contraint à travailler rapidement. Lors de leurs
entretiens, Guillaume BURNOD et Vanessa PINTO
(BURNOD, CARTRON, PINTO, 2000) se sont aussi heurtés à cette complexité (5). Cettedifficulté est sans
doute encore plus grande lorsqu’il s’agit d’étudiants,
voire de lycéens, sans réelle expérience professionnelle antérieure (qui même souvent n’en ont
aucune). Cette caractéristique des équipiers, ainsi
que la quasi-absence de syndicats, permet à
McDonald’s de présenter aux équipiers leurs conditions de travail comme « normales ».
L
’observation participante dans unfast-food offre
l’avantage peu courant de pouvoir varier horizontalement sa position d’observation. En effet, le changement de position est ici « compris dans le contrat
de travail », puisque les équipiers sont contractuellement polyvalents.
J’ai choisi l’observation participante masquée car
je craignais un refus de la part de McDonald’s, mais
aussi parce que je ne voulais pas que la connaissancedes raisons de ma présence, même par quelques-uns,
influe d’une quelconque manière sur mon observation. Une entreprise qui contrôle autant son image
que Mc Donald’s m’aurait probablement envoyé
dans le meilleur de ses établissements tenus par des
managers briefés. Par ailleurs, les équipiers, au statut ambigu entre étudiant et travailleur, auraient sans

* CEE-CNRS, 29 Promenade Michel...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le sociologue pris en sandwich
  • La sociologie pris en sandwich
  • sociologie pris en sandwich
  • Damien cartron, « la sociologie pris en sandwich ! »
  • Sandwich
  • Sandwich
  • Sociologue
  • Sociologue

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !