Le survenant

535 mots 3 pages
En fait, à la lecture du livre Le Survenant, nous remarquons que l’auteure ne présente pas la vie nomade comme seule source de bonheur, mais reconnait et présente les bonheurs de la vie sédentaire. Premièrement, l’abondance et la joie lors de fêtes témoignent du bonheur que ces gens du début du XXe siècle expérimentent dans leur mode de vie sédentaire. À vrai dire, à la fête du Premier de l'an « [l]a nourriture abondait comme à des noces » (p. 100). C’est l’abondance de nourriture, mais cette fois-ci par l’utilisation de la comparaison à des noces, l’auteure veut accentuer le fait qu’il y a beaucoup de joie et de bonheur dans ces fêtes. Deuxièmement, la vie sédentaire procure beaucoup de bonheur par ces liens que les personnages tissent à long terme entre eux. Le Survenant, comme les autres personnages, tissent beaucoup de liens, mais c’est alors qu’il est seul sur le chenal qu’il expérimente quelque chose de grand, qu’ « il eût aimé partager, même dans le silence, soit avec Didace Beauchemin, soit avec Angélina Desmarais ou peut-être aussi Z’Yeux-ronds » (p. 65). Le Survenant a développé des liens d’appartenance solide avec les habitants du chenal du moine en particulier avec Didace et Angélina. Il prend conscience du bonheur qu’il y a de partager avec des gens qui comptent. Cet instant un peu nostalgique nous fait dire que le Survenant regrette un peu sa vie de nomade qui ne peut lui apporter une telle joie. Finalement, le plus grand bonheur de la vie sédentaire repose dans cette appartenance à une terre; terre qui vous appartient, mais également à qui vous appartenez. En fait, tout au long du récit, le Survenant ne partage en aucun cas ses états d’âme avec le lecteur, cependant dans cet extrait (ci-après), nous avons indirectement accès à son intérieur. « Le Survenant cessa d’avironner et laissa le canot dériver […] Le Grand-Dieu-des-routes renifla d’émotion. Quelque chose de grand et de nostalgique à la fois, quelque chose qu’il n’avait jamais ressenti

en relation

  • Le survenant
    4806 mots | 20 pages
  • Le survenant
    646 mots | 3 pages
  • Survenant
    650 mots | 3 pages
  • Le survenant
    527 mots | 3 pages
  • Survenant
    731 mots | 3 pages
  • Le survenant
    1228 mots | 5 pages
  • Le survenant
    750 mots | 3 pages
  • Le survenant
    461 mots | 2 pages
  • Le survenant
    746 mots | 3 pages
  • Le survenant
    1132 mots | 5 pages