Le taoïsme dans les romans de françois cheng

Pages: 23 (5647 mots) Publié le: 14 mars 2013
A NOS LENTEURS !

S.E.R. | Études
2005/2 - Tome 402 pages 231 à 243

ISSN 0014-1941

Article disponible en ligne à l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-etudes-2005-2-page-231.htm--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Études, 2005/2 Tome 402, p. 231-243.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 219.85.29.105 - 02/02/2013 22h19. © S.E.R.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 219.85.29.105 - 02/02/2013 22h19. © S.E.R.

«A nos lenteurs ! »,

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour S.E.R.. © S.E.R.. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation dusite ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données estégalement interdit.

A nos lenteurs !

Lenteur africaine ?
F RANÇOIS G AULME

A « LENTEUR » de l’Afrique est proverbiale ; tout autant que sa « frénésie » rythmique, au demeurant. Au delà de l’échappatoire qui consisterait, d’une manière assez hypocrite mais très « politiquement correcte », à dénoncer vertueusement des poncifs plus ou moins nourris de préjugés raciaux et culturels,examinons le sens précis, les manifestations concrètes de ce paradoxe.

L

Première piste, accusation la plus courante : la lenteur africaine n’est qu’une expression de l’indolence et du manque de pugnacité individuelle. Qu’en est-il, en fait, sur ce point ? Observons, par exemple, un danseur qui se déhanche au rythme de la musique « congolaise », cette variante du style afro-cubain apparu depuis undemi-siècle en Afrique centrale : un Européen fraîchement débarqué, ou demeuré dans son milieu natal, se dépensera frénétiquement et tombera, épuisé, en quelques minutes, alors que les morceaux, à la mélodie très répétitive, sont généralement très longs. Un Africain, au contraire, surtout s’il est de la région, tiendra des heures s’il le faut, grâce à l’économie de gestes et la fluidité de sespas de danse, même lorsque le rythme deviendra très saccadé, avec une sorte de relâchement que l’on pourrait précisément assimiler à ce refus de l’effort qui caractérise aussi la lenteur.

231

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 219.85.29.105 - 02/02/2013 22h19. © S.E.R.

Fi g u r e s L i b r e s

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 219.85.29.105 - 02/02/2013 22h19.© S.E.R.

Les Africains en général, surtout ceux, toujours innombrables, dont les conditions d’existence quotidienne restent parmi les plus difficiles au monde, savent très profondément que la vie, à chaque pas, demeure incertaine, pleine de défis plus ou moins cachés, et d’une durée que nul ne pourra prévoir. La lenteur, la régularité des gestes et des actions, l’insouciance du lendemain,encouragées encore par un climat aux saisons peu marquées dans la zone intertropicale, sont la cuirasse permettant de traverser les épreuves de chaque jour, multipliées plus encore dans les immenses et informes agrégrations urbaines qui se sont formées au cours des dernières décennies, et qui sont devenues un piège plus qu’un refuge pour les plus pauvres. Quand il faut parfois soit marcher des...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Les romans sur francois cheng
  • Les "espaces" dans le dit de tianyi de françois cheng
  • Taoïsme
  • Taoïsme
  • Taoism
  • Dans quelle mesure peut-on considérer le roman de françois rabelais comme une oeuvre humaniste ?
  • Commentaires sur l’adaptation cinématografique du roman de François Mauriac: “Thérèse Desqueyroux”
  • Anne cheng

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !