Le ton pemphlétaire dans la femme au collier de velours

Pages: 8 (1805 mots) Publié le: 16 juin 2010
«La femme au collier de velours»
Alexandre Dumas

Sujet 2: Le ton pamphlétaire.

Le récit de la femme au collier de velours d'Alexandre Dumas se déroule lors de la seconde Terreur en 1793; il décrit un Paris gouverné par le régime révolutionnaire de Robespierre, lequel correspond à «un gouvernement de fait reposant sur la force et la coercition, et non à un pouvoir légal, de droit.» Eneffet, il exerce une répression croissante, liée à la méfiance qu'il nourrit à l'égare des ennemis de la république, en s'appuyant sur la «loi des suspects» qui définit les comportements ainsi que les personnes susceptibles de nuire à la France. L'extrême sévérité de cette loi permet aux forces de l'ordre d'effectuer un grand nombre d'arrestation et entraine l'exécution d'un nombre important decitoyens. D'autre part, la République se dote d'un système administratif pour le moins complexe. Alexandre Dumas, homme du XIXe siècle, semble critiquer dans «la femme au collier de velours» l'aspect dérisoire de ces deux rouages de la société parisienne de 1793, nous allons déterminer la manière dont il s'y prend.

Tout d'abord, lorsque le héros, Hoffmann, entame son voyage vers Paris, il se voitobligé de se plier à de nombreuses formalités administratives que dumas considère avec un fort mépris: «La feuille de route du voyageur, disons-nous, fut envahie dès l'Alsace par des signatures de fonctionnaires [...] Force fut donc à Hoffmann de joindre une feuille à son passeport, puis, une autre en Lorraine [...] et nous devons dire qu'en arrivant à Paris, il possédait un assez joli volume»(p. 43-44) Mais il n'est pas au bout de ses peines, car à peine entré dans la capital, il doit subir un interrogatoire sur ses motivations au poste de garde. L'auteur fait alors une description grotesque de l'un des douanier présents: «un des plus laids visages qui eussent jamais déshonoré la capitale du monde civilisé. Le bonnet à poils et la queue de renard, la bouche baveuse, les favoris épais,la courte pipe, le menton fuyant.» Une fois l'interrogatoire terminé, les douaniers lui font quelques dernières recommandations. «Tu n'as plus qu'une petite formalité à accomplir. [...] Tu passeras chez le commissaire de police, et tu feras délivrer un permis de séjour. [...] Avec ce permis du commissaire, tu iras à la police. [...] Et tu donneras l'adresse de ton logement. [...] Tu teprésenteras à la section [...] pour justifier de tes moyens d'existence. [...] Il faudra faire des dons patriotique. [...] Et ton serment de haine aux tyrans français et étrangers. [...] Et puis, tu n'oublieras pas d'écrire lisiblement tes nom et prénoms sur un pancarte, à ta porte.» (p.49) Le nombre important de ces recommandations fait ressortir le caractère paranoïaque de l'administration servant lasécurité de la République. C'est ainsi qu'Alexandre Dumas ridiculise ouvertement le système administratif tatillon de la Terreur.

L'année 1793, durant laquelle se déroule le récit voit naître un nouveau type de justice dirigée par la loi des suspects. Cette loi, votée par la Convention Nationale, permet de criminaliser tout comportement allant à l'encontre des principes de la toute nouvelleRépublique française, comportements dit suspects. Ainsi, elle met notamment hors-la-loi: « Ceux qui, soit par leur conduite, soit par leurs relations, soit par leurs propos ou leurs écrits, se sont montrés partisans de la tyrannie ou du fédéralisme et ennemis de la liberté [...], ceux des ci-devant nobles, ensemble les maris, femmes, pères, mères, fils ou filles, frères ou sœurs, et agents d'émigrés,qui n'ont pas constamment manifesté leur attachement à la Révolution. ». La paranoïa du récent gouvernement ne cesse alors de croître. L'importance de la proportion de la population française à laquelle il s'attaque donne aux autorités la possibilité d'arrêter un nombre non négligeable de suspects plus ou moins avérés. Bien que l'arrestation des suspects soit suivie d'une audience au tribunal...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La femme au collier de velours
  • Disseration femme au collier de velours
  • La femme au collier de velours
  • La femme au collier de velour
  • La femme au collier de velours, chapitre 1 alexandre dumas père
  • "Le collier de velours " dumas
  • Collier strike
  • 1870 La révolution de velours

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !