Le traitement de l'information en période de crise

1380 mots 6 pages
Le traitement de l’information en période de crise

Fidèle AFANOU EDEMBE

Communicateur
Plan

1) Introduction : intérêt du sujet et sa reformulation 2) Définitions : ce que cachent les mots 3) Se poser les bonnes questions 4) Quelques règles d’or en temps de crise 5) Conclusion

1 – Introduction : intérêt du sujet et sa reformulation

Une crise, c’est du « pain béni » pour les médias car les ventes des journaux ou les taux d’écoute augmentent. Mais, à cause justement du grand intérêt du public pour les crises, le traitement de l’information en relation avec ces crises se révèle être un couteau à double tranchant ; car certains spécialistes estiment que plus de 80% de la gestion d’une crise relève de la communication. C’est dire la lourde responsabilité des communicateurs dans la gestion des crises.

Le terme ‘’communicateurs’’ est à entendre ici, non pas seulement comme ‘’journalistes’’ ou ‘’hommes et femmes de médias’’ mais comprend également tous ceux qui à l’intérieur des organismes (entreprises, syndicats, partis politiques, Institutions…) sont appelés à communiquer dans le cadre du traitement de la crise. D’où la reformulation du sujet, même si nous le traiterons essentiellement du point de vue du journalisme.

Mais qu’est-ce qu’une crise ?

2 -Définitions : ce que cachent les mots

Le mot ‘’crise’’ est un terme générique car il cache plusieurs définitions, parfois bien éloignées, les unes des autres. Jugeons-en :

Crise = brusque changement d'état dans une maladie.
Crise = aggravation subite, apparition brutale d'un état morbide.
Crise = trouble, embarras momentané, remise en question.
Crise = conflit
Crise = grave déséquilibre économique résultant du décalage entre production et consommation.
Crise = pénurie.

Il comprend de nombreux synonymes

Maladie, poussée, accès, effondrement, trouble, remise en cause, dépression, marasme, krach, débâcle, récession, conflit, tension, perturbation, absence, pénurie,

en relation

  • PFE Oumayma
    7183 mots | 29 pages
  • efficience et ineficience
    1299 mots | 6 pages
  • Etudiant
    1429 mots | 6 pages
  • La communication de crise
    911 mots | 4 pages
  • Com-entreprise
    5220 mots | 21 pages
  • Juste valeur ou non
    13749 mots | 55 pages
  • Crise et tribunal de commerce
    2467 mots | 10 pages
  • Psychologie de la santé
    4687 mots | 19 pages
  • Veille
    2130 mots | 9 pages
  • Ias iafrs
    20547 mots | 83 pages