Le travail n'est il pour l'homme qu'un moyen de subvenir a ses besoins

Pages: 7 (1606 mots) Publié le: 12 mai 2013
PLAN 1 
I. Si on réduit « les besoins » à ce qui est nécessaire à notre survie Et si on entend par travail, seulement le LABEUR et par travailleur, « ANIMAL LABORANS », alors c’est parce que l’homme est soumis à la nécessité naturelle de produire de quoi répondre à ses besoins vitaux (animal prométhéen) qu’il travaille. Il est condamné à transformer péniblement la nature pour y survivre, soumisau cycle de la vie. C’est pourquoi le travail a été longtemps associé à l’idée de servitude et même de punition, et donc considéré comme une  activité de survie opposée à d’autres activités en accord à nos désirs et sources de plaisir. Le travail est une activité désagréable en soi qui permet de se maintenir en vie pour pouvoir s’adonner à d’autres activités plus humaines et agréables, donc unsimple moyen de subvenir à nos besoins en attendant de répondre à nos désirs.
  Le travail est donc d’abord un moyen de subvenir à nos besoins mais n’est-il que cela ?
 
II. Non car:
- le travail n’est plus un simple moyen, il devient une fin.  La répétition du besoin peut avoir un effet paradoxal selon Nietzsche  dans Humain, trop humain (I, 61): « le besoin nous contraint au travail dont leproduit apaise le besoin : le réveil toujours nouveau des besoins nous habitue au travail. Mais dans les pauses où les besoins sont apaisés et, pour ainsi dire, endormis, l’ennui vient nous surprendre. Qu’est-ce à dire ? C’est l’habitude du travail en général qui se fait à présent sentir comme un besoin nouveau, adventice ; il sera d’autant plus fort que l’on est plus fort habitué à travailler,peut-être même que l’on a souffert plus fort des besoins» ,
- Le travail peut aussi être le cadre de la satisfaction de désirs : désir de reconnaissance, désir mimétique (Girard), désir d’intégration sociale ou moyen de se distinguer ( Rousseau) quand le travail est une valeur centrale de la société, désir de se divertir (Pascal). Ces désirs étant liés à la conscience de l’homme ou à sonexistence sociale, ils excèdent les besoins purement vitaux et animaux.
- il peut y avoir par delà le labeur, dans le travail, une dimension d’œuvre qui va nous permettre, tout en subvenant directement (production) ou indirectement (vendre sa force de travail en échange d’un salaire) à nos besoins, de répondre à une aspiration  plus haute, proprement humaine : désir d’affirmer son humanité et sonindividualité en transformant la matière ( Hegel), même si l’œuvre est consommée et usée dans le cadre du travail et si c’est pour cette raison qu’Hannah Arendt distingue clairement travail, œuvre et action.
- Marx et Hegel abolissent cette distinction en associant le travail à toute transformation consciente de la nature, réservant ainsi le travail à l’homme et en faisant ce par quoi l’homme se faithomme.
   Mais le travail n’est-il pas parfois un moyen de ne pas subvenir à nos vrais besoins ?
 
III. si on entend  par « besoin » ce qui nous manque douloureusement et impérieusement  ou ce qui nous est utile, on peut considérer que  nos désirs correspondent à un besoin ontologique (on cherche à combler un manque à être dans la reconnaissance et l’existence pour les autres et devant soidans la matière à travers nos œuvre s et productions) OU selon la pyramide de Maslow que s’accomplir, s’estimer, d’appartenance, de sécurité et de survivre sont des besoins certes différents, hiérarchisés mais tous des besoins, alors on ne travaille que  pour subvenir à nos besoins ( simplement ils ne se réduisent pas aux besoins vitaux) SAUF :
-s’ il y a aliénation, on ne travaille alors que poursurvivre (Marx) :
- si comme le  soutient Nietzsche dans Le Gai Savoir (I,42), « Chercher un travail pour le gain, c’est maintenant un souci commun à presque tous les habitants des pays de civilisation ; le travail leur est un moyen, il a cessé d’être un but en lui-même : aussi sont-ils peu difficiles dans leur choix pourvu qu’ils aient gros bénéfice. »
- si nous sommes dans une société de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le travail n'est il pour l'homme qu'un moyen de subvenir a ses besoins
  • Le travail n'est-il pour l'homme qu'un moyen de subvenir à ses besoins
  • La technique n'est elle qu'un moyen pour l'homme?
  • L'homme a t-il besoin de travailler?
  • La technique n'est elle qu'un moyen au service de l'homme
  • Le travail n'est- il qu'une contrainte?
  • Le travail n'est-il qu'une contrainte
  • Le travail n'est-il qu'une contrainte?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !