Le commerce après le Brexit : quels changements à prévoir ?

1184 mots 5 pages
Après une période de transition (février à décembre 2020), le Royaume-Uni s’est séparé de l’Union européenne ; le Brexit est donc entré en application depuis le 1 janvier 2021. Il est motivé par des raisons à la fois politiques et commerciales. Alors, des changements sont mis en place en termes des impôts, douanes et TVA appliqués aux entreprises européennes et/ou britanniques. La relation commerciale entre les deux partenaires a été un point essentiel de négociation. Un accord de commerce et de coopération a donc été signé entre le Royaume-Uni et l’UE. Cet accord détermine les règles applicables aux commerces et échanges internationaux à travers la Manche.
Les entreprises, situées sur le territoire soit britannique ou européen, seront concernées par le Brexit dans certains cas. Par exemple, l'entreprise vend ou achète des biens, fournit des services ou fait appel aux prestataires à l’autre côté, elle a des salariés d’autre nationalité, elle dispose des filiales à l’autre côté, elle transporte des personnes ou des marchandises, etc. Les clients et/ou les fournisseurs sont également concernés par les changements relatifs au commerce après le Brexit.
Les formalités douanières sont un élément important qui a vu des évolutions. Les entreprises de deux côtés devront remplir dès 2021, les déclarations de douanes (import/export) et subir des inspections sanitaires. Les professionnels d’export et d’import, dans les deux sens, devront suivre les démarches précises afin de conduire l’échange de marchandise entre les deux territoires. Car le Royaume-Uni devient un pays tiers de l’UE, l’achat en ligne de biens et services peuvent être refusés ou soumis à des conditions particulières. Néanmoins, les échanges de marchandises, services et investissements se feront sans droits de douane ni quotas. Sans accord, les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) auraient été appliquées : 10% pour le secteur automobile, 25% pour les produits transformés à base de poisson et 50%

en relation