Lecon totalitarisme

1768 mots 8 pages
Chapitre n°1 : Genèse et affirmation des totalitarismes.

Benito Mussolini (1883-1945), issu d'un milieu modeste, commence sa carrière politique au sein du parti socialiste italien, dans lequel il obtient des postes importants (il est rédacteur en chef de l'organe du parti, le journal Avanti !). Longtemps pacifiste, il rompt avec le parti en 1914 en réclamant l'intervention de l'Italie dans la guerre. Après-guerre, l'Italie traverse une triple crise. L'économie italienne se remet mal de la fin de la guerre car il faut reconvertir les entreprises, alors que la demande, stimulée par l'Etat durant le conflit, est moins importante. De plus, l'inflation, liée à l'endettement de l'Etat, perdure après la fin des hostilités. La société est perturbée par ces difficultés et les ouvriers, influencés par la révolution bolchevique, se mobilisent en faisant grève et en occupant les usines. Le parti communiste italien qui naît en 1921 entretient l'agitation. Dans les campagnes du Sud de la péninsule, les paysans sans terres occupent les grands domaines inexploités (les latifundias) des grands propriétaires terriens. La situation est explosive et la bourgeoisie s'inquiète. Enfin, une crise morale éclate car les nationalistes ont le sentiment que les souffrances italiennes durant le conflit ont été injustement récompensées par les vainqueurs (il manque au territoire national des terres irrédentes comme la Dalmatie). On parle de « victoire mutilée », incomplète.

C'est dans ce contexte que Mussolini fonde les faisceaux italiens de combat crée en 1919, regroupant d'anciens combattants déçus comme lui par la victoire mutilée. Son programme mélange volonté de révolution sociale et grandeur italienne. Ce mouvement se fait rapidement connaître par sa violence : les miliciens fascistes (les squadristes) qui se reconnaissent à leur chemise noire et à leur gourdin (manganello) attaquent les ouvriers en grève suivant les marxistes, les adhérents des partis de gauche, tout en conservant

en relation

  • leçon sur le totalitarisme
    3056 mots | 13 pages
  • Comentaire ionesco la leçon
    786 mots | 4 pages
  • Le totalitarisme a travers trois oeuvres littéraire
    3831 mots | 16 pages
  • totalitarisme
    3163 mots | 13 pages
  • La responsabilité démocratique face à la menace totalitaire
    1068 mots | 5 pages
  • La vague
    1751 mots | 8 pages
  • Cours sur les totalitarisme 1ere
    1010 mots | 5 pages
  • Eichmann a jerusalem
    2479 mots | 10 pages
  • De la glasnost a la déstanilisation
    3474 mots | 14 pages
  • Séquence 3 : qu’apporte à l’homme d’hier et d’aujourd’hui la dimension collective de la mise en spectacle de la parole?
    2639 mots | 11 pages