Lecture analytiqen quoi à travers cette fable, la fontaine fait une satire de la société du xviième siècle ?

Pages: 3 (677 mots) Publié le: 19 février 2011
Les animaux malades de la peste est une fable écrite en 1678 par Jean La Fontaine un fabuliste du XVIIème siècle. Celui-ci a utilisé à de nombreuses reprises la fable pour critiquer la société deson époque, c’est le cas ici avec le Roi et sa cour. En quoi à travers cette fable, la Fontaine fait une satire de la société du XVIIème siècle ? Nous nous interrogerons tout d'abord sur comment LaFontaine fait la critique de la répartition des pouvoirs à son époque, puis la satire que fait l’auteur sur la justice.

Fontaine critique le fonctionnement du pouvoir de son époque, où les puissantsprennent tous les droits et n’en accordent pas aux faibles. Fontaine a représenté différentes classes sociales à travers les animaux de la fable. Tout d’abord le Roi est un lion et fait son entrée ens’adressant à tout le monde « Mes chers amis » (vers 15). Le lion se confesse et déclare sa brutalité « J’ai dévoré force moutons » (vers 26) et avoue que pour satisfaire son appétit (vers 25) ilest allé jusqu’à dévoré le berger (v28&v29). Il joue le bon roi, prêt à se sacrifier mais en réalité joue la carte de l’hypocrisie : il s’auto-questionne « Que m'avaient-ils fait ? Nulle offense »(v27), il fait mine de se remettre en question en étant sûr que ses courtisans vont le flatter et le défendre. Ensuite il invite les autres personnes à venir se confesser, de cette manière le pluscoupable périra (v 33) ; ainsi nous comprenons qu’il ne considère pas son crime comme le pire des pêchés. Le discours du roi prend une place importante dans la fable (18 vers). Ensuite vint le courtisanjoué par un renard. Celui-ci est flatteur envers le roi « vous êtes trop bon Roi » (v 34) « trop de délicatesse » (v 35) « en les croquant beaucoup d’honneur » v38). En plus d’être flatteur comme leroi l’avait envisagé il le défend avec des questions rhétoriques : « est-ce un péché ? Non, non. » v37. Le renard parle avec aisance, et étant rusé sans que l’on le remarque il se fait oublié et ne...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'argumentation à travers la fable
  • Le livre à travers les siecles
  • Le portrait à travers les siècles
  • le notaire à travers les siècles
  • L'humanisme a travers les siècles
  • Critique de la société à travers la société
  • La poésie à travers les siècles
  • Dentiste à travers les siecles

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !