Lecture analytique de l'utopie de thomas more

1631 mots 7 pages
Séquence I : Convaincre, persuader, délibérer
Texte n°1 : L'Utopie (1516) de Thomas More (1478-1535)

Lecture analytique

I- Projet d'une société idéale a). Occupation du temps libre

Le temps libre est défini à la ligne 1 «le travail, le sommeil et les repas». L'idée est reprise sous la forme d'autre expression «libérés de leur métier» (l.3), «heures de loisirs» (l.4) mais aussi «ces heures libres» (l.9). L'expression est reprise car il s'agit d'une notion extrêmement importante au seins de cette société utopique.
Cependant, ce temps libéré de travail est forcément occupé. Il est occupé par deux sortes d'occupations : il y a d'abord l'occupation d'ordre intellectuel : «étude» (l.4), «leçons» (l.5), «lettres» (l.6), «enseignement» (l.7). Elle concerne toutes les personnes désireuses, qui veulent acquérir un savoir.
L'autre forme d'occupation est l'occupation d'ordre professionnel. Elle est plus manuel : «son métier» (l.9), «son zèle à servir l'état» (l.11). L'État est au cœur de la vie des Utopiens.
On constate dans le texte que dans le fonctionnement de l'Utopie, la notion de choix est mise largement en relief par l'auteur. On trouve par exemple, quatre occurrences du mot «libre», «libérés» (l.3), «librement» (l.7), «à sa guise» (l.1), «de leur choix» (l.3). On voit que l'auteur insiste sur cette notion. Cette notion de liberté a priori à quelque chose de paradoxale puisqu'elle est mise au contact du mot «obligatoire» (l.5) qui est donné dans un paragraphe où la notion de liberté y est développé. Cela signifie que l'attitude des Utopiens va de soi, est évidente. En effet, l'absence d'activité est considérée comme un vrai pêché. Les Utopiens ne seraient pêcher «les excès et la paresse» (l.2). La paresse est un pêcher ainsi que les excès. Le fait de ne rien faire n'est pas envisageable. On constate que l'idéal humaniste transparait dans l'approche de More. En effet les humanistes accordaient une importance capitale à l'étude et à la connaissance :

en relation

  • Le détour par l’autre est-il un bon moyen pour dénoncer les travers de sa propre société ?
    1354 mots | 6 pages
  • LA Texte 3 Louise Lab
    1163 mots | 5 pages
  • Léonard de vinci
    579 mots | 3 pages
  • Commentaire du bellay
    503 mots | 3 pages
  • Analyse survenant
    1570 mots | 7 pages
  • La controverse de valladolid
    3892 mots | 16 pages
  • chronologie littéraire
    1796 mots | 8 pages
  • Mont
    290 mots | 2 pages
  • Commentaire du texte de jean-pierre duprat, extrait de « le monstre acéphale » dans la constitution du 24 juin 1793 : l’utopie dans le droit public français
    1134 mots | 5 pages
  • DISSERT
    1701 mots | 7 pages
  • Lecture analytique de thomas more utopia
    716 mots | 3 pages
  • Erasme et humanisme
    695 mots | 3 pages
  • Le pouvoir de la musique
    754 mots | 4 pages
  • Apologue
    332 mots | 2 pages
  • Humanisme imprimerie renaissance
    1234 mots | 5 pages