Leel

309 mots 2 pages
Dissertation De Cervantès à Flaubert, les romanciers* n’ont cessé de *mettre en garde leurs lecteurs* contre les *dangers* de *l’illusion romanesque*. Ces *avertissements* vous semble-t-il *fondés ? Comment les romanciers mettent-ils en gardent leurs lecteurs ? Pourquoi le font-ils ? L’illusion romanesque est-elle dangereuse ?

I / Thèse : avertissements fondés. Illusion réaliste : donne de l’épaisseur au personnage romanesque  FAIRE ENTRER PLUS AISEMENT LE LECTEUR DANS LA FICTION ROMANESQUE. Caractérisation du personnage : SOLITUDE héros qui rêvent beaucoup trop  facilement manipulable Personnage = personne du peuple (gentilhomme, campagnard, jeune fille…)  cherche à ce que le lecteur s’identifie au personnage.  MIROIR POUR LE LECTEUR QUI PEUT SE RETROUVER DANS LE PERSONNAGE Décevante réalité (pathétique et tragique comme chez Emma Bovary) Bovarysme : désigne l’attitude d’une personne qui, ne se satisfaisant pas du réel, vit dans ces rêves. II / Avertissements non-fondés. Illusion romanesque = récit imaginaire donc divertissant. récit ayant pour but un simple divertissement pour le lecteur, qui sait que ce qu’il lit est purement imaginaire. L’analyse est laissée au lecteur qui devine, reconstruit le personnage (à partir de ses actes, de son langage, de ses dialogues…) romans où les personnages sont stéréotypés : aisément identifiables pour le lecteur  le lecteur sait que ce genre de récit est fictif. Personnages sans grande envergure héroïque, qui sont plus spectateurs qu’acteurs de leur propre vie (l’éducation sentimentale). Histoire un peu terne est placé dans des paysages plats, des ambiances mornes (Mme Bovary) *Le lecteur lit se livre tout en sachant que la vie n’est pas un conte de fée* donc que sa vie ne ressemblera jamais à la vie du héros du livre. / pas de surprise Flaubert s’attache à se tenir à distance de

en relation

  • Responsabilité du pouvoir exécutif sous la cinquième république
    968 mots | 4 pages
  • Sgg doc
    18640 mots | 75 pages
  • Tristan et isseut
    112235 mots | 449 pages