Leibniz, nouveaux essais sur l’entendement humain

Pages: 7 (1729 mots) Publié le: 3 août 2011
Leibniz, Nouveaux Essais sur l’entendement humain
Leibniz (1646-1716) est un génie universel, il fut mathématicien, juriste, scientifique, philosophe. Il fonda l’Académie de Berlin en 1700 et correspondait avec tous les grands esprits de son temps. Sa vie est faite d’inventions et d’échanges. Le texte est un extrait de la préface de ses Nouveaux Essais sur l’entendement humain écrit en 1703.Avec ce livre Leibniz, en tant que rationaliste et innéiste, s’oppose à la vision empiriste du philosophe anglais John Locke. Dans ce texte il traite des connaissances, de l’expérience, des différentes vérités. Pourquoi ne peut-on pas se baser sur l’expérience pour aboutir à une vérité générale ? Comment connaitre les vérités nécessaires ? Comment faire « ressortir » les idées innées ? Pour Leibniz,les expériences ne mènent qu’à des vérités particulières car elles ne reposent que sur nos expériences sensibles. On ne peut passer d’une vérité particulière à une vérité générale. Mais il existe des vérités nécessaires applicables universellement et qui ne dépendent pas de sens, comme dans les mathématiques par exemple. Ces vérités sont innées, c’est-à-dire qu’elles sont dans notre esprit à notrenaissance et qu’à force de travail on peut les voire clairement.
Tout d’abord Leibniz part d’une supposition, que toutes les vérités que possèdent les hommes sont conditionnés par l’expérience, ce qu’on a vécu. Ceci inclut les exemples et l’induction. L’induction, c’est de partir d’un cas particulier pour aboutir à un cas général. Ensuite Leibniz parle des sens (l’ouïe, l’odorat, le toucher, lavue, le goût), qui nous permettent d’avoir des connaissances mais il souligne leurs insuffisance car les sens ne saisissent que des exemples singuliers, que Leibniz appelle des vérités particulières ou individuelles. Nos impressions sensibles, qui aboutissent à des vérités particulières, sont valable uniquement dans les mêmes conditions que l’expérience première. Ensuite il parle de véritégénérale. Par opposition à la vérité particulière, la vérité générale est une vérité valable partout pour tout le monde. Quelque soit le nombre d’exemples pouvant valider une vérité générale, cela reste insuffisant pour passer d’une vérité particulière à une vérité universelle et nécessaire c’est-à-dire une vérité qui ne peut être autrement. En effet pour Leibniz une vérité individuelle peut être appuyéepar un grand nombre d’exemples mais il est impossible d’affirmer que cette vérité sera valable universellement car rien n’assure que ce qui s’est produit pour les différents exemples se reproduira, rien ne prouve que les conditions réunies lors des exemples seront encore présentes la prochaine fois que l’on réalisera l’expérience. Ensuite Leibniz illustre ses propos avec des exemples, pour lesGrecs et les Romains au bout de 24 heures la nuit tombe et 24 heures après c’est le jour. Chaque peuple de la Terre pense la même chose de leur pays. Mais on ne peut pas ériger cette règle en vérité générale, universelle. On ne peut pas partir de plusieurs exemples pour affirmer que cette vérité est valable partout sur la Terre. C’est en Grèce, à Rome que la journée s’écoule dans ce sens. Mais cen’est pas comme ca ailleurs. On ne peut donc pas définir la journée ainsi. Il montre qu’à Nova Zembla, c’est le contraire qui se passe, le jour, chez les Grecs, Romains et d’autres peuples correspond à la nuit à Nova Zembla. On ne peut pas passer d’exemples qui sont particuliers à une vérité valable universellement. On se tromperait encore si on disait que cette vérité est valable éternellement car lejour et la nuit dépendent de la terre et du soleil et que ce dernier ne sera peut être pas présent pour toujours. Ensuite Leibniz parle des vérités nécessaires qui sont présentent dans les mathématiques car les lois, les propriétés, les théorèmes sont généraux et ne dépendent absolument pas des exemples, ils sont applicables universellement. Même nos impressions sensibles n’influencent...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Leibniz, nouveaux essais sur l’entendement humain
  • Etude de texte : Leibniz, Nouveaux essais sur l’entendement humain
  • Leibniz préface aux nouveaux essais sur l’entendement humain
  • Nouveaux essais sur l'entendement humain
  • Leibniz préface au nouveaux essais sur l'entendement
  • Commentaire du texte de leibniz, extrait de nouveaux essais sur l'entendement humain
  • Commentaire de la fin du chapitre vi des nouveaux essais sur l’entendement humain de leibniz
  • Explication du texte de leibniz, preface aux nouveaux essais sur l'entendement humain

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !