LEOPOLD SEDAR SENGHOR

2057 mots 9 pages
Bibliothèque nationale de France direction des collections

Octobre 2006

département Littérature et art

Léopold Sédar Senghor 1906-2001
Bibliographie

Chantre de la Négritude, du métissage et de la civilisation de l’universel, grammairien et professeur, poète engagé et homme d’Etat, Léopold Sédar Senghor est né le 9 octobre 1906 à Joal, petite ville côtière du Sénégal. On raconte qu’à l’heure de sa naissance un grand baobab, situé à la sortie de la ville, s’écroula dans un terrible craquement : l’esprit qui l’habitait l’avait quitté pour se glisser dans une autre enveloppe. Après une enfance sans problème en pays sérère, il fait de bonnes études au lycée de Dakar, où il obtient le baccalauréat en 1928, poursuit ses études à Paris où il est le premier Africain à obtenir l’agrégation de grammaire en 1935. C'est l'époque où il rencontre Damas et Césaire. Il est avant la Seconde Guerre mondiale professeur de lettres à Tours. Il prend part à la campagne de France et est fait prisonnier en 1940. En 1945, élu député du Sénégal, il publie son premier recueil Chants d'ombre. Il est ensuite élu en 1955 secrétaire d’Etat à la présidence du Conseil avant de devenir en 1960 le premier Président de la République du Sénégal. Il le restera jusqu'en 1980. Docteur honoris causa de nombreuses universités, membre de l'Institut de France, il est élu à l'Académie française le 2 juin 1983.

Créateur avec Aimé Césaire et Léon-Gontran Damas de la notion de « Négritude », il fut, dit-il, « un être déchiré entre la famille de (s)on père (Sérère) et celle de (s)a mère (Peul), entre l’éducation familiale et les disciplines scolaires importées d’Europe ». Il a construit son œuvre autour de deux versants, l’un poétique, l’autre critique ; mais, toujours, il a célébré les splendeurs de la civilisation négro-africaine, du continent africain et de l’homme noir. Sa poésie d’incantation et de légende, liée à la musique et à la danse, a su exprimer avec un très grand

en relation