Les addictions

Pages: 213 (53086 mots) Publié le: 5 mars 2011
| |
|1er jour matin : LA SEMIOLOGIE |

Définition

Les pratiques de consommation susceptibles d’induire une addiction incluent la totalité des conduitesaddictives, la totalité des comportements de consommation.

Le terme d’addiction trouve ses origines dans le droit romain ancien, et reste utilisé dans le même contexte juridique jusqu’au Moyen âge en Europe occidentale. L’addiction correspondait à un arrêt du juge donnant « au plaignant le droit de disposer à son profit de la personne même d’un débiteur défaillant ».

C’est dans les paysanglo-saxons que le terme apparaît en psychiatrie, désignant les toxicomanes, cela va s’étendre vers d’autres catégories cliniques.
Goodman en 1990, a proposé une définition que vous trouverez en annexe.

Le rassemblement, sous le terme de pratiques addictives, permet un comparatif plus objectif des troubles liés à la dépendance, cela permet de comparer les effets, les pathologies induites, lesconséquences, les coûts des différentes conduites addictives.

Ce qui signe l’addiction, ce n’est pas le produit en lui-même mais l’utilisation qu’en fait le sujet.

Les addictions sans drogue, telles que l’anorexie boulimie, l’addiction sexuelle, l’addiction au sport, l’addiction au travail, le jeu pathologique ou les achats compulsifs possèdent des similitudes comportementales avec lessubstances psycho actives.

Les mécanismes neurobiologiques, psychologiques mettent en jeu les fonctions de plaisir, l’évitement, la souffrance, la dépendance, les sensations, les émotions.

I. LES STIMULATEURS ET INHIBITEURS DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL

Les récepteurs cannabinoïdes

C’est la synthèse d’un ligand moins lipophile que le THC, très sélectif et de haute affinité pour les sites aucannabis, le CP 55940, qui a permis la découverte de deux types de récepteurs cannabinoïdes, le CB1, et le CB2.

Le CB1 a été cloné et séquencé chez le rat, la souris et l’homme ; ce récepteur appartient à la famille des récepteurs couplés à la famille des protéines G, présentant des boucles transmembranaires. Le CB2, cloné plus tardivement chez l’homme et la souris, présente une faiblehomologie de séquences d’acides aminés avec le CB1 sauf au niveau des séquences transmembranaires. Des souris génétiquement modifiées ne possédant plus le gène codant le récepteur CB1 ou CB2 ont été obtenues. Les études pharmacologiques réalisées avec ces souris laissent présager l’existence d’un troisième type de récepteur cannabinoïde, qui serait sensible aux endocannabinoïdes (ligands endogènes) et àcertains ligands synthétiques, mais pas au THC.
La distribution des CB1 dans le cerveau humain correspond aux structures anatomiques impliquées dans les effets principaux du cannabis sur la mémoire, les perceptions sensorielles et les contrôles moteurs, soit l’hippocampe, le cortex associatif, le cervelet et les ganglions de la base. L’absence de CB1 dans le thalamus et le tronc cérébral parexemple, expliquerait que l’abus de cannabis ne s’accompagne pas de risques vis-à-vis des fonctions vitales ou végétatives. Les CB1 existent également en dehors du système nerveux central : testicules, intestin grêle, vessie, vas deferens, musculature lisse des vaisseaux cérébraux, ainsi que sur les terminaisons nerveuses présynaptiques du système orthosympathique.
D’une manière générale, lesrécepteurs CB1 sont présents sur tous les types de neurones. Bien qu’il semble exister une forte colocalisation entre les neurones GABAergiques (impliqués dans la transmission synaptique dite « inhibitrice ») et les récepteurs CB1, ces derniers sont également exprimés par des neurones glutamatergiques (transmission synaptique « excitatrice »), peptidergiques (système des peptides opioïdes endogènes,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Les addictions
  • Les Addictions
  • les addictions
  • Les addictions
  • addictions
  • addiction
  • Addiction
  • Les addictions

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !