Les adulescents article

Pages: 6 (1435 mots) Publié le: 19 mars 2011
Olivier Galland Cellule de sociologie de l'OFCE

L'allongement de la jeunesse en Europe
In: Revue de l'OFCE. N°72, 2000. pp. 187-191.

Citer ce document / Cite this document : Galland Olivier, Cellule de sociologie de l'OFCE. L'allongement de la jeunesse en Europe. In: Revue de l'OFCE. N°72, 2000. pp. 187-191. doi : 10.3406/ofce.2000.1577http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ofce_0751-6614_2000_num_72_1_1577

Revue de l'OFCE n° 72 /janvier 2000

Introduction L'allongement de la jeunesse en Europe

Olivier Galland Observatoire sociologique du changement FNSP-CNRS

La jeunesse se prolonge dans tous les pays développés, mais les formes de cette prolongation restent très diversifiées, aussi bien sur le plan scolaire et professionnel que familial. La durée desétudes initiales, par exemple, reste très variable d'un pays à l'autre. La France est un des pays de l'OCDE qui maintient le plus grand nombre de jeunes dans le système de formation initial entre 20 et 24 ans. Le contraste est très net avec nos voisins allemands et anglais, dont les jeunes se présentent plus rapidement sur le marché du travail. Ces différences de comportement peuvent tenir en partieà des facteurs institutionnels. Le système dual allemand organise, par le biais de l'apprentissage, le passage des jeunes vers l'emploi, grâce à un 1. Pourcentage de jeunes en formation en 1996 dans quelques pays de l'OCDE En %

100 90 80 70 60 50 40 30 ?0 10 Ll.ils l 'mSource Eurostat, statistiques démographiques. : Alk'in.tuiiL RcnaunK \ ni

188

Olivier Galland

consensus social quiréunit autour de cette question le patronat, les syndicats et le gouvernement (voir le texte de Heinz). Même si ce système connaît aujourd'hui des difficultés qui réduisent son efficacité, il assure toujours une insertion professionnelle plus rapide et plus aisée aux jeunes allemands, dont le taux de chômage n'est pas supérieur à celui de la population générale et reste bien en dessous de celui queconnaissent les jeunes français (graphique 4, à la fin de cette introduction). Des facteurs de nature plus culturelle interviennent également. Par exemple, le rapport aux études des jeunes français et des jeunes anglais est très différent1. Les écoliers français, quel que soit leur niveau, valorisent les études pour elles-mêmes : on a le sentiment que, dans cette représentation des études, leniveau atteint est plus important que le contenu. Tout le monde en France juge légitime que la sélection méritocratique par les études conditionne la place de chacun dans l'échelle de stratification sociale. Les études sont donc d'abord conçues comme un instrument de classement social : d'où l'importance accordée par les jeunes et leur famille à la réussite scolaire et la vigilance dont ils fontpreuve à l'égard de l'orientation des politiques éducatives. Mais la conséquence de cette représentation commune des études est que ceux des jeunes français qui ne parviennent pas à atteindre un niveau suffisant sont l'objet d'une très forte stigmatisation — leur échec scolaire les place d'emblée au ban de la société — et ressentent une très forte frustration car ils ont une conscience très nette deleur mise à l'écart. En Angleterre, la situation est très différente. Les élèves d'origine populaire envisagent facilement de faire des études courtes. Pour eux, les études servent d'abord à donner les compétences nécessaires à l'exercice d'un métier. A l'inverse, les élèves de milieux sociaux favorisés partagent le modèle d'excellence des jeunes français, qui conduit à envisager des études longueset à construire des projets ambitieux. Donc, les représentations des études sont très segmentées en Angleterre, ce qui réduit, dans ce pays, l'importance du sentiment de frustration que ressentent beaucoup de jeunes français. Les écarts entre jeunes européens dans les rythmes et les modalités du passage des seuils familiaux — départ de chez les parents, vie en couple, naissance du premier...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Marketing article adulescents
  • Les adulescents
  • Les adulescents
  • Adulescent
  • Marketing des adulescents
  • Comportement des adulescents
  • Le marketing adulescent
  • Marketing adulescent

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !