Les associations que nous faisons dans notre cerveau-dans le cadre d'un tpe

Pages: 7 (1737 mots) Publié le: 12 avril 2012
Ce que nous voulons absolument c’est donner un sens à ce qui nous arrive. Nous utilisons pour cela ce que l’on appelle la science naïve : c'est-à-dire des lois de cause à effets. Mais nous faisons aussi des liens inconsciemment entre ce que nous vivons et ce qui nous est déjà arrivé auparavant pour voir ce monde hostile d’un œil différent. Le problème étant que ces mécanismes ont parfois desrépercussions auxquelles nous ne nous attendions pas et qui finalement sont négatives pour nous.

1. Les associations que nous faisons…

Tout d’abord nous allons nous intéresser au fonctionnement de ces mécanismes d’associement. Il faut pour cela faire une étude approfondie du cerveau humain, de sa conception et de son fonctionnement. Nous ne reverrons pas pour des raisons évidentes d’inutilitétout le fonctionnement du cerveau mais plutôt les parties qui nous intéressent soient les messages neuronaux. Il faut savoir qu’un influx nerveux ne rencontre jamais d’impasse. En effet le fait que chaque point d’arrivée possible de cet influx soit aussi un point de départ potentiel vers d'autres neurones, empêche cet arrêt de l’influx. Des scientifiques ont de plus estimé que chaque neurone ducerveau n'est qu'à quelques synapses de tous les autres. Cela se rapprocherait de la théorie qui vise à dire que chaque personne sur la terre n'est en moyenne qu'à six "connaissances" de tous les autres humains. Ensuite, les neurones ne font des connexions significatives qu'avec certains autres neurones très spécifiques. Il n’existe donc des liaisons qu’entre certains neurones ce qui ouvre lapossibilité des associations d’idées. De plus chaque neurone peut faire plus de 1 000 synapses avec d’autres neurones et le cerveau humain possède cent milliards de neurones. Cela veut dire que le cerveau humain contient environ 1x1015 de synapses ! Les associations d’idées peuvent alors être infinies…
Après la théorie passons au concret et prenons deux exemples de science naïve pour appuyer notreraisonnement. En fait nous allons voir que les énoncés de la science naïve ressemblent le plus souvent à des idées reçues que nous nous faisons.
1er exemple : On prend froid lorsqu’il fait froid. En voilà la preuve : c’est en hiver qu’on attrape froid, et c’est donc le froid de l’hiver qui en est la cause. Quelle évidence ! Mais c’est faux. La vérité c’est que, lorsqu’il fait froid, nous avonstendance à nous regrouper autour d’un bon feu ou dans les pièces chaudes, et les germes passent alors plus facilement lorsqu’on tousse et s’éternue les uns sur les autres. Nous faisons donc ici une association trop hâtive entre le froid et les épidémies de maladies.
2ème exemple : On se trompe toujours deux fois de chemin. Vous vous êtes rendus une fois à un endroit dont l’emplacement vous étaitapproximatif et vous vous êtes trompé de route à une intersection. Manque de chance surement un mois plus tard vous reprenez le même chemin ! En fait ici rien n’est dû au hasard ou à la malchance. La première fois que vous vous êtes présenté à cette intersection vous avez pris le mauvais chemin mais vous l’avez retenu. Un mois plus tard quand il s’est agit de choisir la liaison qui s’était créée dansvotre cerveau a été stimulé à nouveau, le mauvais chemin vous a paru familier, vous vous êtes une deuxième fois trompé de chemin. D’autres exemples nous viennent en tête tellement nous avançons les yeux fermés (tout du moins c’est ce que l’on pense) vers le mauvais choix.
Si l’influx nerveux passe d’un neurone à un autre c’est grâce à ce que l’on appelle des neurotransmetteurs. Ils agissent commedes traversiers chimiques. Il existe deux sortes de neurotransmetteurs : les excitateurs (ils favorisent la propagation de l'influx nerveux à l'intérieur du neurone) et les inhibiteurs (diminuent la probabilité que le neurone suivant envoie un influx). Par exemple l'acétylcholine est un neurotransmetteur excitateur très répandu qui déclenche la contraction musculaire et stimule l'excrétion de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Étude des associationS végétales de la Vallée des Borrels dans le cadre d'un projet de développement durable.
  • TPE-le cerveau artificiel
  • Tpe de la langue au cerveau
  • Tpe effets des drogues sur le cerveau
  • Cadre institutionnel d'un ime
  • Cadre d’analyse pour le choix d’un incoterm
  • Les actions d'un syndicat dans le cadre d'un conflit collectif
  • Le cadre logique d'un projet de développement

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !