Les caractristiques de la comdie française

915 mots 4 pages
Les caractéristiques de la comédie française.

Elle met en scène une humanité commune. Les personnages de comédie appartiennent au peuple, à la bourgeoisie, parfois à la petite no-blesse. L'intrigue s'inspire de la vie quotidienne.

Le but de la comédie est moral et didactique : elle démasque les imperfections des hommes et les incite à se corriger. Pour susciter le rire, elle met en œuvre des procédés comiques variés.

LES DIFFERENTS PROCEDES COMIQUES
Même combinés au sein d'une même œuvre, on peut distinguer différents types de comiques.

LE COMIQUE DE MOTS
Il exploite les ressources du langage : répétitions, jeux de mots, calembours, déformations, recours au jargon, aux dialectes.

LE COMIQUE DE GESTES
C'est l'ensemble des jeux de scènes qui provoquent le rire : coups, gifles, bastonnades, chutes...

LE COMIQUE DE SITUATION
Rencontres fortuites, quiproquos (Dans Le Jeu de l'amour et du hasard, Marivaux fait jouer aux valets le rôle de leurs maîtres).

LE COMIQUE DE CARACTERE
Il est fondé sur la psychologie des personnages qui prêtent à rire (les avares, les jaloux, les cocus...).

LES FORMES DE LA COMEDIE
- La farce, courte pièce au comique grossier, utilise des procédés visuels (gestes, mimiques...), des quiproquos, un langage trivial. Les personnages y sont stéréotypés (mari trompé).
- La comédie de caractère (Molière) étudie les mœurs et met en scène des «types» dont les vices sont les ressorts de l'intrigue (la «femme sa-vante», le «malade imaginaire»...).
- La comédie de mœurs, au-delà du person-nage central, s'intéresse aux travers d'une société (le libertinage, l'hypocrisie).
- La «grande» comédie naît dans les années 1630. En cinq actes, en vers, elle respecte les règles du théâtre classique et vise à une «vérité humaine» (les comédies de Corneille).
- Le vaudeville se développe au XIXe siècle avec Feydeau, Labiche. Mêlant le comique de situation et le comique de mots, il se caractérise par une intrigue riche en rebondissements.

Les

en relation

  • 258 rimbaud 1
    35325 mots | 142 pages