les deux coqs commentaires littéraires

3426 mots 14 pages
La fable « Les deux Coqs » est extraite du livre VII des Fables de La Fontaine, recueil publié entre 1668 et 1693. Elle met en scène deux coqs qui se livrent combat pour une poule. Le vainqueur crie sa victoire sur tous les toits et se fait attraper par un vautour. Le vaincu revient finalement près de la poule et gagne l’admiration de toutes les autres poules. Cette fable assez courte livre une morale à travers un combat de gallinacés : chanter victoire peut s’avérer dangereux, et mieux vaut parfois rester discret. Cette fable, mettant en scène des animaux sur un mode burlesque pour délivrer une morale plus profonde, n’a en cela rien de particulier par rapport aux autres fables, plus connues, de la Fontaine. L’originalité de cette fable tient dans le travail sur l’intertexte nettement plus développé et affiché que dans les autres fables du recueil. Si La Fontaine a pu dire « Mon imitation n’est point un esclavage », il n’en reste pas moins que le fabuliste du XVII°s reste souvent très proche d’Esope, fabuliste grec. C’est d’ailleurs à partir des fables de ce dernier que La Fontaine a rédigé les siennes. Il conviendra donc de voir en quoi celui-ci parvient à créer une nouvelle œuvre littéraire à partir de l’apologue grec souvent bref et sentencieux.
Nous verrons ainsi dans une première partie l’organisation du récit et son caractère burlesque qui constitue le travail de réécriture, puis dans une seconde partie, la portée de la morale.

I. Un jeu entre deux mondes : la fable réversible
Il est intéressant de noter en effet que toute la fable repose sur un principe d’inversion : La Fontaine mélange volontairement le monde humain et le monde animal, la grandeur épique et le trivial, et en cela, la fable suit assez volontairement la tradition du genre avec néanmoins certaines inventions.
A. Entre l’homme et l’animal
Ce procédé se trouve dans la majorité des fables du recueil. Il n’est pas étonnant de le rencontrer ici :
1. Le bestiaire
Les personnages de la fable

en relation

  • Geertz, combat de coq
    2367 mots | 10 pages
  • Commentaire
    1185 mots | 5 pages
  • les deux coqs-jean de la fontaine
    1312 mots | 6 pages
  • Commentaire de texte sur les deux coqs de jean de la fontaine
    933 mots | 4 pages
  • La fontaine « les deux coqs
    855 mots | 4 pages
  • commentaire sur les deux coqs
    1327 mots | 6 pages
  • Les deux coqs
    3613 mots | 15 pages
  • Littérature
    2460 mots | 10 pages
  • Fables la fontaine
    3833 mots | 16 pages
  • Commentaire composé : la machine infernale de jean cocteau .
    2642 mots | 11 pages