Les effarés

Pages: 5 (1182 mots) Publié le: 29 juin 2014
Introduction
Rimbaud est un adolescent révolté qui accumule les fugues. Au cours de l'une d'elle il découvre un Paris misérable qu'Hugo avait décrit dans les " Misérables ", Rimbaud reprend le même thème et nous fait découvrir une scène de la misère des rues de Paris. Le poème en octosyllabes de 12 strophes avec alternance rythmique de vers de quatre pieds nous décrit cinq jeunes enfants de larue en prise avec le froid et l'injustice de la société.

1 Les enfants de la rue 
Ils sont noirs par leur habillement sombre, mais aussi dans leur malchance d'être ainsi abandonnés, sans famille. Le lieu de leur regroupement, un soupirail par lequel s'échappe un peu de chaleur, de vie. Dans le sous sol, un boulanger jovial fait du pain. Les enfants prennent une posture naturelle pour éviter lefroid, ils se blottissent les uns contre les autres, en rond autour de cette chaleur. Ils se contentent d'écouter le pain qui cuit car ils savent qu'ils n'y ont pas accès. Face à ces enfants transis de froid et misérables au milieu de la nuit un boulanger chante en confectionnant ses pains. Le pain, lui aussi chante,dans une sorte de bonheur collectif, d'harmonie universelle. Les enfants n'ont pasde chance, ils sont "noirs". Le mot "-misère!-", ici terminé par un point d'exclamation est encadré de deux tirets. Ces tirets qui ponctuent généralement les dialogues, et qui sont très nombreux chez Rimbaud, sont la marque d'une intervention plus personnelle de l'auteur. Rimbaud ajoute un tiret à la fin du mot pour accentuer sa compassion qu'il éprouve devant ces enfants couvertsde givre et affamés. Quel que soit le sens dans lequel nous la regardons, à droite ou à gauche, la misère apparaît dans toute son évidence et sa cruauté. Leboulanger, dans une première version sans majuscule, sera modifié avec une majuscule traduisant son importance sociale dans laquelle s'exprime toute la puissance d'un "fort bras blanc qui tourne la pâte et l'enfourne". Il a un "gras sourire" et "chante un vieilair". Pour les enfants, nul doute c'est un magicien. Son "vieil air" cache une certaine sagesse, en opposition à la naïveté des enfants. Puis on ouvre le four pour sortir le pain, la chaleur réconforte ces enfants qui entament une sorte dechorale. A cette sensation de chaleur dans la nuit glacée s'ajoute l'odeur agréable du pain. Même les grillons participent à ce concert. Même dans leur état demisère, ces enfants connaissent un moment de bonheur et chante des choses.

2 Une poésie pleine de symboles
Rimbaud emploie ici dans son poème divers symboles, passant de l'injustice sociale à la frustration maternelle ou à la lutteanticléricale. Les cinq petits agglutinés contre le grillage du soupirail sont miséreux, loqueteux, ils regardent "à genoux" dans une attitude de prière sortir lepain qu'il ne peuvent acheter, ils ont faim et froid avec leurs "haillons", Avec la voix "off" qui caractérise son intervention directe dans ses poèmes qu'il matérialise par des tirets ,"-" on sent comme un appel du cœur. A plusieurs reprises dans le poème on retrouve ces tirets pour nous signifier que c'est Rimbaud qui parle. On remarque un emploi fréquents des contrastes afin que le lecteur prenneconscience de l'écart entre deux réalités. En contraste à la blancheur de la neige, à la lumière dorée du four qui "illumine", à la dorure du pain, des enfants "noirs dans la brume", dans l'obscurité de la nuit. A cette noirceur, s'ajoute l'inaccessibilité du grillage du soupirail. Leur faim, leur désir de manger se traduit par leur avancée vers ce pain qu'il convoite, leur nez estmaintenant collé au grillage. On peut voir dans les "trous" rimbaldiens du grillage, l'espoir entrevu comme chez Platon par ceux qui sont à l'intérieur de la grotte sombre et qui voit la lumière à l'extérieur. Ici la lumière est à l'intérieur, façon pour Rimbaud de renverser le mythe de la caverne. Rimbaud critique aussi la religion, lui reprochant le manque d'équité, l'injustice du sort de quelques uns...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Les effarés
  • Les effarés
  • Analyse les effarés
  • commentaire les éffarés
  • Analyse "les effarés"
  • Rimbaud-les effarés-parodie de messe.
  • Commentaire composé les effarés de rimbaud
  • Arthur rimbaud

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !