Les figures de style dans le haiku de Bob Boldman

4935 mots 20 pages
La forme poétique du haïku est solidement implantée aux Etats-Unis, comme en attestent les multiples associations rejointes par moult amateurs, les nombreux colloques, concours, sites internet, et séminaires de formation. L’association la plus florissante, l’American Haiku Society, publie une anthologie annuelle ainsi qu’une revue mensuelle Frogpond et organise plusieurs compétitions chaque année, dont une réservée aux seuls lycéens. Le nombre d’anthologies, magazines (Frogpond, Modern haïku, Acorn, Mayfly sont les plus connus), revues littéraires pointues ne cesse d’augmenter, et plusieurs maisons d’édition spécialisées ont récemment vu le jour, telles que Brooks Books or Red Moon Press. Depuis 1996, une maison d’archives spécialisées dans le haïku japonais et occidental, classique et contemporain, a même ouvert ses portes et possède aujourd’hui la plus grande collection d’ouvrages et de revues sur le haïku en dehors du Japon.
Le haïku est l’une des formes poétiques les plus anciennes qui trouve sa source dans le Japon féodal du quinzième siècle et a longtemps obéi à des règles de forme et de fond extrêmement précises. Forme poétique concise de 17 syllabes écrit sur une seule colonne à l’origine, le haïku classique a été transposé en anglais sur le modèle du tercet de 5-7-5 ou 5-3-5-pieds. Le placement d’une césure, le choix du thème, généralement, la simple observation d’un moment, exprimée avec des mots simples visant à traduire une émotion, l’effacement (dans le sens de neutralité) du poète, l’effet de juxtaposition d’images immédiates chez le lecteur, l’existence supposée d’un lien entre le haïku et le bouddhisme zen sont autant de critères entrant dans la définition du haïku et qui ont fait et font toujours aujourd’hui l’objet de multiples discussions parmi les théoriciens du genre.
L’utilisation ou non de figures de rhétorique dans le haïku est ainsi au centre des débats depuis de nombreuses années. Alors que Kenneth Kasuda1 estime que « Metaphor is

en relation