Les forces armées camerounaises et la souveraineté camerounaise sur la presqu'ile de bakassi

6292 mots 26 pages
LES FORCES ARMEES CAMEROUNAISES ET LA SOUVERAINETE DU CAMEROUN SUR LA PRESQU’ILE DE BAKASSI.

La frontière camerouno-nigériane longue de 1690 Km est la source de tous les malentendus et de toutes les ruptures de confiance entre ces Etats. Mal matérialisée et non délimitée par endroits, elle est fréquemment le théâtre et l’enjeu d’incidents d’une gravité certaine (Mouelle Kombi 1996 : 104). Le Cameroun et le Nigeria partagent quatre décennies de conflit (1961-2002) (Onana Mfege 2004 : 79-89).
D’abord l’affaire Northern Cameroon (1961-1963) qui a trait aux plébiscites des 11 et 12 février 1961 relatif à l’accession à l’indépendance du Cameroun britannique et dont l’issue a entraîné le rattachement du Northern Cameroon au Nigeria.
La question du Lac Tchad viendra opposer une fois de plus les deux pays frontaliers et riverains du lac. Le dessèchement progressif de celui-ci va entraîner un important exode des populations nigérianes qui viendront s’installer sur le territoire camerounais gorgé d’eau. Le Cameroun a dû admettre cette immigration en vertu des accords avec le Nigeria sur la libre circulation des personnes et des biens ; et le droit d’établissement.
Le 16 mai 1981, à la suite d’un accrochage entre les éléments de la marine nigériane et une patrouille de l’armée camerounaise soldé par un bilan de cinq (05) tués coté nigérian et de nombreux blessés de part et d’autre, le Nigeria va exiger des excuses officielles, la punition des militaires coupables et l’indemnisation des familles de victimes sous peine de représailles. Le Cameroun, pour normaliser la situation, va s’exécuter.
Ces relations se détériorent de plus belle dès le début des années 90, lorsque le Nigeria manifeste sa prétention à la souveraineté sur certaines localités d’accueil de ses ressortissants devenus parfois plus nombreux et représentatifs que les autochtones. Cette prétention sera manifestée par l’occupation de la presqu’île de Bakassi par les forces armées nigérianes, défiant ainsi

en relation

  • Diable dans lile
    677 mots | 3 pages
  • Conflit frontalier cameroun nigeria
    9217 mots | 37 pages
  • Histoire
    1287 mots | 6 pages
  • Politique étrangère du cameroun
    16748 mots | 67 pages
  • Le droit d'ingerance
    3464 mots | 14 pages
  • Le droit et le terrorisme
    30543 mots | 123 pages
  • Arrêts dip
    25000 mots | 100 pages
  • L'emploi de la force armée
    20663 mots | 83 pages
  • Rapport 2004 de la cij
    108375 mots | 434 pages
  • Les indépendances africaines
    19137 mots | 77 pages