Les freins magnétiques

269 mots 2 pages
Les freins magnétiques sont apparus sur les montagnes russes en 2000. Le premier coaster qui y a eu le droit est Millennium Force, le gigacoaster Intamin de Cedar Point.

Alors qu'y avait-il avant comme technologie ? Eh bien il s'agissait de freins dits à friction (voir photo). En effet, c'est une lame située sous chaque wagon du train qui est serrée par les deux patins du frein, situé sur le rail. C'est un système à air comprimé qui permet la fermeture et l'ouverture des patins. C'est encore la technologie utilisée sur la plupart des montagnes russes dans le monde entier.

Mais alors à quoi bon inventer un nouveau système ? S'il est évident que le frein à friction pose des problèmes d'usure des lame et patins, le freinage magnétique permet déjà de régler ce souci (nous verrons pourquoi plus tard). De plus, sa facilité de mise en oeuvre, sans air comprimé ni câbles électriques, est un atout certain. Parmi d'autres avantages détaillés plus loin dans notre étude, nous avons vu la création d'un nouveau type de frein : les trim breaks (voir photo). Ces derniers, très utilisés par Intamin et B&M, permettent de freiner le train en plein parcours pour que celui-ci passe le camel back plus lentement, les forces G ressenties par les passagers seront donc plus faibles.

Le but de ce reportage est très simple : après avoir expliqué la solution technique retenue par le constructeur Intamin, nous verrons ensuite physiquement le phénomène. Enfin, nous ménerons une petite expérience avec un chariot pour bien voir le

en relation

  • Courant de foucault
    1027 mots | 5 pages
  • les grand huit
    2719 mots | 11 pages
  • machine asynchrone
    4409 mots | 18 pages
  • Le maglev
    562 mots | 3 pages
  • Le bicéphalisme de l'éxécutif
    795 mots | 4 pages
  • Le transrapid
    1450 mots | 6 pages
  • rapport de stage
    5007 mots | 21 pages
  • Synthese de physique
    2851 mots | 12 pages
  • Dossier de conception
    5903 mots | 24 pages
  • Institut supérieur d'etude technologique de radès
    4941 mots | 20 pages