Les grands arrets du conseil d'etat

3651 mots 15 pages
Les grands arrets du Conseil d'Etat :
Les grands arrêts du Conseil d'État sont les décisions qui ont joué un rôle majeur dans l'évolution de la jurisprudence en France. Le droit administratif français étant largement de formation prétorienne, la jurisprudence, spécialement celle du Conseil d'État et celle duTribunal des conflits, a été déterminante pour les règles de procédures et de fond qui se sont progressivement dégagées, celles-ci étant bien sûr pour une part d'origine législative ou règlementaire, mais pour une part non moins importante construites ou dégagées par le juge lui-même. On comprend dès lors l'importance des « grands arrêts » du Conseil d'État en ce domaine.
La légalité et la hiérarchie des normes 1er mai 1822 : Lafitte :
Les actes dits « de haute politique » sont des actes de gouvernement, qui ne sont pas susceptibles d'être discutés par la voie contentieuse. C'est la théorie du mobile politique. 19 février 1875 : Prince Napoléon :
Abandon de la théorie de l'acte de haute politique (ou de l'acte pour mobile politique) : il existe toujours des actes de gouvernement, mais ceux-ci ne peuvent se définir simplement par l'existence d'un mobile politique. Aujourd'hui, le Conseil d'État considère comme acte de gouvernement les actes ayant trait au rapport entre l'exécutif et le législatif ou à la conduite des relations internationales. Voir les conclusions du commissaire du gouvernement David à l'audience et l’analyse sur le site du Conseil d’État. 6 novembre 1936 : Arrighi :
Théorie de la loi-écran. Le juge administratif ne contrôle pas la constitutionalité d'une loi. Étant le juge du pouvoir exécutif, il ne peut, au nom de la séparation des pouvoirs, contrôler le travail du législateur. Voir aussi l'article consacré à l'arrêt « Arrighi ». 26 octobre 1945 : Aramu :
Affirmation de l'existence de principes généraux du droit. Ceux-ci s'imposent à l'administration, mais pas au législateur. Il est généralement admis qu'ils ont valeur

en relation

  • Grands arrêts du conseil d'etat (france)
    5040 mots | 21 pages
  • Aramu et kpmg
    2317 mots | 10 pages
  • Commentaire de l'arrêt association ac ! et autres (11 mai 2004)
    3900 mots | 16 pages
  • Droit administratif
    2813 mots | 12 pages
  • Droit administratif
    41494 mots | 166 pages
  • Commentaire de texte hauriou
    3402 mots | 14 pages
  • Peut on parler d'un déclin des pgd?
    2567 mots | 11 pages
  • Droit administratif
    31456 mots | 126 pages
  • Commentaire Mme Perreux
    2088 mots | 9 pages
  • Les grands arrêts de la jurisprudence administrative
    3824 mots | 16 pages