Les grands courants de la vie politique américaine de l’indépendance à 1815 envion

1202 mots 5 pages
*Les grands courants de la vie politique américaine de l’indépendance à 1815 envion* : Introduction : Le 4 juillet 1786, fut proclamée l’indépendance des États-Unis d’Amérique. Elle donna naissance à une confédération de 13 états indépendants et souverains qui confiaient la gestion de leurs intérêts communs à un congrès formé de délégués des états. Cette union faible face aux crises et inefficace à cause de la règle de l’unanimité présageait la faillite du système. Une convention c'est-à-dire une assemblée constituante fut organisée à Philadelphie en 1787 pour rétablir les carences de ce système suivant deux exigences principales : celle de créer un gouvernement fort tout en respectant l’autonomie des états. De cette réunion naquît la constitution qui transforma cette union entre états en fédération, elle entra en vigueur, non sans vives contestations, en 1789. En effet bien que cette constitution ne reconnaissait pas l’existence des partis, deux fractions se formèrent autour de ses différentes interprétations et animèrent la vie politique depuis l’indépendance jusqu’aux débuts du 19ème siècle. J’ai choisi pour mon exposé de faire un plan linéaire, pour mettre en évidence les différentes étapes de la succession du pouvoir entre les fédéralistes et les républicains. 1789 – 1801 : Période de domination fédéraliste : George Washington, figure de rassembleur : George Washington, est le premier président des Etats-Unis, élu à l’unanimité en 1789, il reste à la tête du pays pendant deux mandats. George Washington assumait le pouvoir dans des conditions exceptionnelles d'autorité. Objet du respect, de l'admiration, de l'affection de l'immense majorité, il était regardé comme l'homme le plus capable, sinon le seul dans l'Union, d'assurer la marche régulière du nouveau mécanisme gouvernemental, de plus il montre des qualités d’administrateur habile malgré des difficultés internes et les guerres en Europe. Il est couvert d'injures à

en relation

  • Engagement politique des écrivains du xix°siècle
    27291 mots | 110 pages