Les limites de la théories néo-classiques

Pages: 5 (1234 mots) Publié le: 27 mars 2011
I. Les limites de l'approche néo-classique CPP conduit à l'optimum sur le marché sans intervention

Chez les néo-classiques, l'entreprise est considérée comme une "boîte noire", c'est à dire qu'ils la considèrent comme une entité abstraite, dont l'étude interne ne mérite pas d'approfondissement.
Thorelli dit d'ailleurs très justement à ce sujet que l'absente de la théorie de la firme est lafirme elle même, ce qui illustre bien le paradoxe.
L'entreprise est en effet considérée, pour reprendre Machlup, comme "une simple interface entre le marché des biens et des facteurs, destinée à prédire les changements de prix et de quantité à partir d'une variation de l'environnement". La firme n'est interressante pour les néo-classiques que dans la mesure où celle-ci est en interaction sur lemarché, participant ainsi à la mise en place de l'équilibre.

L'étude de la firme par cette approche est donc très limitée. En fait les néoclassiques se contentent d'étudier la firme sous deux aspects seulement : économique et technologique.

1) L'entreprise en tant que centre de decision
L'entreprise en tant que bloc, est amenée à prendre des décisions de manière à atteindre son uniqueobjectif : la maximisation du profit. Ces decisions sont supposées être prises par un entrepreneur doté d'une rationnalité parfaite. C'est à dire que, comme tous les agents dans la théorie néo-classique, cet entrepreneur est un homo-oeconomicus qui est parfaitement informé de ses possibilités d'action et a la capacité de calculer les consequences de chacun de ses choix. Toutes ses décisions sont doncles meilleurs qui soient, car il agit avec rationnalité (sinon il ne les prendrait pas) : en l'occurence ici ses choix en matière de quantité d'inputs et d'outputs.
L'entreprise est donc une entité monocéphale (representé par un entrepreneur) et omnisciente (qui sait tout).
Cette vision minimaliste est très aisaiment criticable. On sait maintenant grâce aux travaux de Simmons que les agents sontdotés d'une rationnalité limité (et non parfaite). La firme ne peut donc plus maximiser le profit, mais doit se cotenter de la solution la plus satisfaisante. De plus les décisions prises par une entreprise ne proviennent pas de la volonté d'un seul homme, mais dans la plupart des cas d'une multitude de managers.

2) L'entreprise en tant que centre de production
La firme peut être résumée,chez les néoclassiques, par une simple fonction de production (de type Cobb Douglas par exemple). Il s'agit seulement pour elle de determiner la combinaison d'inputs qui lui permettra d'obtenir la quantité d'outputs désirée en minimisant les couts, de manière à obtenir le profit le plus élevé.
Cette hypothèse très reductrice s'avère bancale dès son origine. Pour maximiser le profit, l'entrepreneur(puisque c'est lui qui prend les décisions) doit choisir efficacement la technologie qui lui permettra d'y parvenir. Il doit donc faire le choix d'une fonction de production efficace. Or ce choix fondamentale n'est pas pris en compte par les néo-classiques, qui considèrent que la technologie utilisée est donnée à l'entreprise par son environnement, sans developper d'avantage. (Koopmans ditd'ailleurs à ce sujet que "la science du management devrait donc commencer à l'origine du problème, par une description de l'eventail des alternatives de la production", Three essays on the state of economic science).
De plus -et de manière plus problématique- à travers cette fonction de production, le travail humain est mis au même niveau que n'importe quel inputs : le contrat de travail est assimilé àune transaction ordinaire. L'hypothèse posée est celle de la symetrie. Ceci suppose alors que quelque soit le mode de gouvernance, (c'est à dire la façons dont sera géré cette matière première qu'est le travail), les résultats en terme de maximisation du profit seront significativement les mêmes (Samuelson dira même que "la question de savoir qui embauche qui n'a vraiment aucune importance")....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La théorie néo-classique du comportement du producteur ou théorie du producteur (tncp)
  • Les néo classiques
  • Les néo classiques
  • Neo Classique
  • Neo classique
  • Les neo classiques
  • Les neo classiques
  • Les Néo-Classiques

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !