Les Mains Libre Monde V G Tal 4

Pages: 8 (1785 mots) Publié le: 6 juin 2015
 

LE MONDE VÉGÉTAL
DANS LES

MAINS LIBRES (4/4) :

VISIONS DE LA FÉMINITÉ

 

I. INTRODUCTION

 
Le
 monde
 végétal
 est
 donc
 présent,
 voire,
 très
 important,
 dans
 l'espace
 du
 recueil.
 Après
 avoir
 étudié
 
(1/4)
 ses
 différentes
 représentations,
 puis
 le
 végétal
 en
 tant
 que
 symbole
 de
 la
 vie
 et
 de
 la mort
 (2/4),
 
ainsi
 que
 la
 distinction
 de
 valeur
 entre
 sauvage
 et
 domestique
 (3/4),
 nous
 nous
 demanderons
 à
 
présent
 en
 quoi
 le
 monde
 végétal
 donne
 une
 vision
 de
 la
 femme.
 
 
Nous
 l'avons
 souvent
 dit,
 la
 femme,
 et
 le
 corps
 féminin,
 sont
 perçus
 de
 manière
 très positive
 dans
 les
 
oeuvres
 de
 Man
 Ray
 et
 de
 Paul
 Eluard.
 La
 femme
 est
 aimée,
 sensuelle,
 érotisée,
 et
 les
 métaphores
 
florales
 et
 fruitières
 servent
 à
 l'exprimer
 ;
 mais
 la
 perception
 de
 la
 nature
 révèle
 une
 autre
 facette
 
féminine
 :
 la
 maternité.
 
 
Après
 avoir,
 dans
 un premier
 temps,
 fait
 le
 point
 sur
 les
 différentes
 métaphores
 végétales
 évoquant
 le
 
corps
 féminin
 dans
 le
 recueil,
 nous
 évoquerons
 la
 femme
 érotisée
 par
 le
 végétal
 ;
 puis,
 dans
 un
 
troisième
 temps,
 la
 nature
 humanisée
 par
 la
 femme.
 


 


 
Nous
 baserons
 notre
 étude
 sur les
 poèmes
 et
 dessins
 suivants,
 évoquant
 tous,
 d'une
 manière
 ou
 
d'une
 autre,
 le
 végétal
 :
 


Main
 et
 fruits
 



Au
 bal
 Tabarin
 



Le
 Temps
 qu'il
 faisait
 le
 14
 mars
 



Les
 Yeux
 stériles
 



L'Espion
 
 



L'Angoisse
 et
 l'inquiétude
 



L'Arbre-­‐rose
 



Plante-­‐aux-­‐oiseaux 



Les
 Amis
 



Le
 Don
 


 

II. LES MÉTAPHORES VÉGÉTALES EXPRIMANT LE FÉMININ

 
Dans
 les
 Mains
 libres,
 la
 femme
 est
 souvent
 évoquée
 à
 l'aide
 d'une
 métaphore
 végétale,
 appelant
 des
 
images
 de
 fleurs
 ou
 de
 fruits.
 

 


 

1. Des métaphores classiques
Tout
 d'abord,
 nous
 remarquons
 que
 les métaphores
 du
 féminin
 à
 travers
 la
 fleur
 ou
 le
 fruit
 sont
 si
 
classiques,
 qu'elles
 constituent
 presque
 un
 topos,
 c'est-­‐à-­‐dire
 un
 lieu
 commun
 littéraire,
 un
 
archétype,
 avec
 lequel
 les
 auteurs
 vont
 jouer.
 
 

 

a. Un topos littéraire
Vous
 pouvez
 remonter
 aux
 textes
 les
 plus anciens,
 ils
 comparaient
 déjà
 la
 femme
 à
 une
 fleur.
 Ainsi,
 le
 
Cantique
 des
 cantiques,
 dans
 la
 Bible,
 présente
 la
 femme
 cueillant
 des
 fruits,
 pour
 métaphoriser
 son
 
union
 avec
 l'amant.
 Dans
 la
 littérature
 médiévale
 ou
 la
 matière
 de
 Bretagne,
 la
 femme
 est
 également
 
souvent comparée
 à
 une
 fleur
 :
 c'est
 par
 exemple
 le
 cas
 de
 Blanchefleur,
 dans
 Perceval
 ou
 le
 Conte
 du
 
Graal
 de
 Chrétien
 de
 Troyes.
 
 
La
 fleur,
 par
 extension,
 peut
 désigner
 la
 virginité
 de
 la
 femme,
 dans
 des
 expressions
 comme
 "cueillir
 la
 
fleur".
 Elle
 représente
 donc l'essence
 de
 la
 sensualité
 féminine.
 
 

 

b. Une métaphore facilement explicable
Comment
 expliquer
 la
 récurrence
 de
 cette
 métaphore
 ?
 Tout
 simplement
 car
 de
 tous
 temps,
 et
 dans
 
de
 nombreuses
 civilisations,
 les
 fleurs
 et
 les
 fruits
 ont
 symbolisé
 la
 femme.
 On
 aimait
 rappeler
 les
 ...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Les Mains Libre Monde V g tal 1
  • Les Mains Libre Monde V g tal 2
  • Production Animal Et V G Tal
  • les mains libre
  • Les mains Libre
  • La couture les mains libre
  • Les Mains Libre Couture 2
  • Le monde libre

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !