Les poètes courtisans, marot et ronsart

Pages: 15 (3628 mots) Publié le: 11 novembre 2012
Intro:
Dans le dialogue du Courtisan de Castiglioni (Venise 1528), l'auteur faisait les louanges du roi François 1er et les Bonnes lettres, mais à la même page Castiglioni ne manque pas de dénoncer la barbarie de la noblesse française, cette idée traversa les temps jusqu'aux hommes de lettre français. Les poètes de la Renaissance française ont souvent souligné le rôle important qu'ont joué lesprinces dans le renouveau des lettres et des arts. Mais les rapports entre les uns et les autres ne furent pas sans difficultés et plus particulièrement pour les poètes " courtisans ".
En effet, le poète courtisan est l'homme de lettre qui flatte les gens puissants ou influents par intérêt. Dans un contexte où la redécouverte de l'antiquité berce tout le milieu littéraire et artistique dans unmouvement appelé humanisme: pouvoir politique et intellectuel sont très liés et dépendent l'un de l'autre. Le poète courtisan est donc un personnage très répandu dans les cours européennes. En ce qui concerne la France nous verrons à travers deux figures de la littérature française que sont Clément Marot et Pierre de Ronsard ce qu'est un poète courtisan et en quoi ils répondent à cette catégorie.Marot étant antérieur à Ronsard sera notre premier point d'étude avec sa jeunesse et sa formation qui feront de lui un poète officiel mais aussi un poète personnel.
Succédera à Marot, Ronsard considéré comme le prince des poètes et le poète des princes. Qui dès sa jeunesse était voué à une carrière auprès de la cour française de François 1er, interrompue brutalement pour découvrir la poésiehumaniste de son temps. Il découvrit la gloire et retourna auprès des rois jusqu'à la fin de sa vie.

Clément Marot

jeunesse et formation

Clément Marot né fin 1496 à Cahors d'une mère gasconne et d'un père originaire de Caen. Son père était à l'origine un marchand, mais fut révoqué par sa corporation en 1505, jean quitte alors sa région et se met à écrire des vers, vers qui luipermettent d'être présenté à la reine Anne de Bretagne et il entre à son service en tant que valet de chambre. C'est ainsi que le petit Clément Marot fit ses début à la cour de France, suivant son père à la cours d'Anne de Bretagne puis celle de François Ier. Clément va grandir au côté de son père dans les château de la Loire où les modes d'Italie arrivent peu à peu. Mais ces façons de vivre et de penserque sont la Renaissance et l'humanisme n'intéresse le jeune Clément qu'après 1534. En effet, ses études sont négligées, il apprend le latin mais sans grande motivation, ignore le grec. Il le regretta sans doute par la suite, restant loin de cette « antique et rare érudition » que du Bellay exigera ensuite des poètes. On pourrait dire que Marot n'eut qu'un professeur, son père, qui très tôt luienseigna les secrets de la rhétorique: l'art de faire difficilement des vers insipides, insincères et compliqués, et lui imposa les modèles à suivre:Molinet, Chastellain, Gréban . D'eux, il apprendra l'art de flatter et des procédés de style usés et difficiles. Il leur empruntera surtout des genres à formes fixes: le chant royal, la ballade, le rondeau...
En même temps son père essaie de luidonner une situation le faisant page en 1514 au service de Nicolas de Neufville, seigneur du villeroy, secrétaire royal puis après 1515 secrétaire des finance de François Ier! Dans les même temps, Marot fait partie de la Basoche, joyeuse compagnie qui jouait d'audacieuses pièces (moralités, farces ou sottises écrites par Jean du Pontalais ou Jean Serre) dont s'inquiétait parfois le pouvoir. Dans lesbureaux de la chancellerie où il travaille sous les ordres de Nicolas de Neufville, le jeune poète pense sans doute plus à rimer qu'à rédiger des pièces officielles et ne se gène pas pour dire avec esprit ses désirs et espoirs, d'où une épitre au roi, en vers d'une étonnante souplesse pour demander quelque bien,et n'ayant aucune réponse il dédie à la sœur du prince Marguerite d'Alençon l'Epître...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le courtisan
  • Ronsart
  • Marot
  • Marot
  • Marot
  • Marot
  • Marot
  • Poetes

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !