Les romans gothiques

310 mots 2 pages
Roman « terrifiant », roman noir, ou encore, plus proche de l'anglais, roman gothique : il semble malaisé de définir cet ensemble d'œuvres romanesques, dont la vogue en Angleterre, à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle, coïncide avec le romantisme, et qui ne se laissent pas enfermer dans un genre clos, encore moins définir par une épithète. Dans la masse de ces romans, de qualité variable, comment découvrir un facteur d'unité, si ce n'est précisément ce que le français ne permet pas de pointer, la distinction, qui n'est pas toujours facile, entre novel et romance, et que le terme de « roman » occulte. Le roman noir, contrairement au novel — récit d'événements réels qui ne s'éloigneraient pas du quotidien —, se veut œuvre d'imagination et s'affirme comme romance — récit d'étranges aventures de chevalerie et d'amour. Dans une perspective chronologique, le roman noir serait une réaction contre les grands romans « réalistes » du xviiie siècle, celui de T. Smollett, Ferdinand Count Fathom (1753), ménageant une transition entre les deux catégories ainsi opposées. Encore convient-il de souligner, à propos de romance, quelle ambivalence s'attache au retour au passé, au Moyen Âge essentiellement. Le plus souvent, ce désir avoué de renouer avec une tradition historique et littéraire permet de s'élever contre la société contemporaine, dans une attitude purement conservatrice, comme en témoigne l'ouvrage de Clara Reeve, The Progress of Romance through Times, Countries and Manners (1785). Mais ce qui se donne comme retour aux sources est aussi à l'insu de ses partisans une échappée hors de l'histoire vers l'irrationnel et l'expression d'un désir de rupture libératrice avec la société. Les recherches de Richard Hurd, ses Lettres sur la chevalerie (Letters on Chivalry and Romance, 1762) portent essentiellement, à travers un discours historique et philosophique, sur la fonction de l'imagination.

C'est bien cette ambivalence qui se lit dans le livre d'Horace

en relation

  • Roman gothique (pas de moi)
    22125 mots | 89 pages
  • Le roman gothique
    433 mots | 2 pages
  • Art gothique et roman
    2997 mots | 12 pages
  • Art roman et gothique
    1501 mots | 7 pages
  • L art roman et l art gothique
    343 mots | 2 pages
  • art roman et art gothique
    582 mots | 3 pages
  • Art roman, art gothique
    2807 mots | 12 pages
  • L art roman l art gothique
    901 mots | 4 pages
  • L'art gothique et l'art roman
    924 mots | 4 pages
  • Art gothique et art roman
    1387 mots | 6 pages