Les sens peuvent-ils suffire à nous procurer toutes nos connaissances.

Pages: 11 (2508 mots) Publié le: 1 février 2011
Les sens semblent être la fonction de notre rapport au monde et à nous-mêmes la plus simple, la plus précoce, la plus universelle, elle est présente au moins dès la naissance. Avant même que le nouveau-né ne puisse se déplacer et entreprendre la moindre exploration, il est en relation avec le monde et avec lui-même par la sensation ; du fait de la sensation, il n’est jamais sans rien savoir de laréalité. Les sens semblent ainsi nous fournir des connaissances de la façon la plus simple, la plus naturelle, la plus ancienne, la plus constante ; mais toutes nos connaissances nous sont-elles fournies par les sens ou bien certaines ne semblent-elles pas venir d’autres sources telles que la réflexion, le calcul, le raisonnement et l’instruction. Et, même dans les connaissances qui nous viennentpar les sens, tout nous vient-il des sens et par les sens, ou bien faut-il reconnaître que ce qui vient proprement des sens et par les sens doit être élaboré ou rendu possible ou accessible par une autre fonction de l’esprit comme la raison, l’entendement, l’intelligence.

Si, d’une part, par « connaissances », nous entendons tout ce dont nous « avons connaissance » (et pas seulementconnaissance objective et scientifique), tout ce dont nous avons un savoir quelconque, ce que nous n’ignorons pas (comme on dit : « avoir connaissance de… » ou « avoir eu connaissance de… », pour signifier qu’on en a peut-être seulement entendu parler, ou qu’on l’a vu représenté), quels que soient le mode, la nature, la qualité, la sûreté de cette connaissance (indépendamment de son degré de vérité) ; etsi, d’autre part, par « sens » (ou « sensibilité »), nous entendons la fonction de notre esprit qui nous met en présence et en relation directe et sans intermédiaire avec les réalités du monde, nous les fait constater et enregistrer passivement, sans rien y ajouter, sans rien y mettre de nous-mêmes (de notre subjectivité), c’est-à-dire, peut-on par conséquent espérer, selon leur objectivité,alors, il faut reconnaître qu’il y a beaucoup de choses dont nous pouvons prendre connaissance autrement qu’en les observant et en en faisant l’expérience par les sens, mais du fait qu’on nous en parle, qu’on nous les apprend par le discours, les signes, les représentations ou bien du fait que nous vivons à leur contact, au milieu d’elles.

D’abord, en effet, il y a beaucoup de choses dont nouspouvons prendre connaissance autrement qu’en en faisant l’expérience par les sens, mais du fait qu’on nous en parle ou qu’on nous les représente. C’est une connaissance « par ouï-dire », connaissance par opinion, par croyance, par représentation et imagination, fondée sur la simple réception de ce qu’affirme ou que nous représente un autre. C’est nécessairement le cas quand il s’agit de connaître toutce à quoi nous n’avons pu être présents, parce que c’est passé, ou loin de nous dans l’espace, ou, de façon générale, inaccessible dans notre situation actuelle1. Cela correspond plus généralement à tout ce qui s’acquiert notamment dans la culture, l’éducation, l’enseignement, la conversation. Ces situations fondamentales caractéristiques de la condition humaine de l’homme (culture, éducation,enseignement, conversation) ont pour fonction générale précisément de le dispenser d’un contact direct, d’une expérience sensible avec quantités de choses, dont il acquiert ainsi la connaissance plus rapidement que ceux qui en ont fait l’expérience directe et originale. « Enseigner », qui vient du latin « insignire » ou « insignare », signifie étymologiquement « faire apprendre, instruire par dessignes », c’est-à-dire par des représentations, qui remplacent les réalités mêmes dont on instruit et leur expérience directe, et qui sont d’abord des signes langagiers (mots, concepts, énoncés, récits, discours, etc.), mais aussi des représentations graphiques (dessins, croquis, schémas, photographies, films, simulations informatiques).

D’autre part, en dehors des connaissances qui nous...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Nos sens peuvent-ils nous fournir toutes nos connaissances ?
  • Toutes nos connaissances peuvent elles être acquises par nos sens ?
  • Sont ils les sens suffisant a nous fournir toutes nos connaissances
  • Les sens suffisent-ils à nous fournir toutes nos connaissances
  • Les sens nous fournissent-ils toutes nos connaissances?
  • Les sens ne sont ils pas suffisants pour nous fournir toutes nos connaissances
  • Les sens ne sont-ils pas suffisants pour nous fournir toutes nos connaissances ?
  • Les sens sont-ils suffisants pour fournir toutes nos connaissances?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !