Les tragiques - aggrippa d'aubigné

1749 mots 7 pages
Agrippa d’Aubigné

Les Tragiques (1616)

Agrippa d’Aubigné, poète baroque protestant du XVIème siècle, figure parmi les auteurs engagés français ayant dénoncé les atrocités des guerres de religion. Ainsi, en 1616, d’Aubigné publie un immense poème de dix milles vers, intitulé Les Tragiques, dont le passage étudié dans ce commentaire est un extrait.
Nous pouvons nous demander comment, dans ce poème, l’auteur dénonce l’atrocité des guerres de religion tout en exprimant son point de vue ?
Pour répondre à cette problématique, l’étude de ce texte s’intéressera d’abord aux personnages utilisés par d’Aubigné. Puis sera étudié le combat entre Jaco et Esaü, ainsi que la manière avec laquelle l’auteur pose la France en victime. Enfin, nous nous intéresserons au point de vue de l’auteur ainsi qu’à sa position au sein du conflit.

* * * * *

Nous allons tout d’abord étudier les personnages mis en scène par d’Aubigné dans son poème.
Le poème est construit sur une triple allégorie. En effet, dès le vers 1, nous relevons une allégorie : « Je veux peindre la France une mère affligée ». La France est ici comparée à une mère affligée, et l’allégorie occupe une place importante dans le vers : la totalité du deuxième hémistiche, ainsi qu’une partie du premier. L’auteur énonce ainsi clairement son intention : montrer au lecteur la tristesse et la pauvreté de la France au moment de l’écriture du poème.
Dès le vers 2, l’auteur évoque les deux autres personnages de ce poème : « deux enfants », allégorie du protestantisme et du catholicisme. Nous pouvons remarquer que l’auteur compare les deux religions à deux frères. Cela peut s’expliquer par le fait qu’elles soient toutes deux des confessions du christianisme, qui pourrait être en quelque sorte « leur mère ». Il est cependant intéressant de constater que ces religions, auxquelles renvoie l’allégorie, ne sont pas énoncées clairement dans l’extrait étudié, et qu’il en revient au lecteur de déterminer quel enfant symbolise

en relation

  • Je veux peindre la france
    348 mots | 2 pages
  • Commentaire les tragique
    521 mots | 3 pages
  • La poésie en tant que "ornement" ou en tant que "instrument"
    1479 mots | 6 pages