Let19morinet

4749 mots 19 pages
1
FLE - Lettres et arts contemporains

Excellent devoir, commentaire et propositions d’exploitation pédagogique. Un seul petit reproche, vous débordez un peu trop du seul texte. Félicitations, on perçoit à vous lire une littéraire…et des qualités d’écriture. 19/20

Commentaire composé
Emile Zola, L’œuvre, chapitre VIII
Tout concourt dans ce passage du chapitre VIII à faire de la description un moment d’inspiration sublime et de révélation tragique. Il est vrai que, après l’épisode de bonheur de la retraite amoureuse à Bennecourt, le roman entame une longue descente vers les sombres abîmes des tourments de la création et des difficultés financières. Rentrant à Paris, Claude oscille entre euphorie et anéantissement, ce dernier état psychique l’emportant la plupart du temps. Ses crises de travail se soldent alors par des échecs, par d’incessants refus du jury du Salon. Mais il regagne un été son enthousiasme : il entame alors une promenade en compagnie de Christine le long des quais de la
Seine, lieu de leurs premiers amours, après un accès de nostalgie. C’est alors qu’il aperçoit, dans le crépuscule, l’île de la Cité : le texte proposé à notre lecture est la description de ce que Claude voit à cet instant. La pause descriptive est un moment essentiel du roman naturaliste, qui se veut transcripteur du réel. Les descriptions de Paris sont légions dans le roman, une dizaine au total, à la fois parce que Zola voulait proposer à ses lecteurs un roman parisien, les descriptions de la ville lui permettant alors de poser un décor, mais également parce qu’il écrivait un roman sur des artistes de la nouvelle école dont le sujet de préoccupation était la capitale française. Pourtant, ces descriptions n’ont pas simple valeur d’information : elles sont un moment privilégié pour l’écrivain, où le prosateur va rivaliser avec le peintre, notamment lorsqu’il s’attèle à écrire des descriptions en forme d’ekphrasis. De plus, la description n’est jamais une pause dans le récit dans le

en relation