Lettre à une amie

Pages: 5 (1056 mots) Publié le: 11 septembre 2014
LETTRE

Françoise,

BILAN.

L’amour et le bonheur.

N’oublies pas, Françoise que l’Amour est rarement le Bonheur, et que, s’il faut choisir, l’Amour doit être le préféré.

Quant à votre ton vieil ami …le temps est passé par là, avec ses machines à construire et ses machines à détruire.

J’ai vieilli.
Je ne suis devenu ni Proust, ni Chateaubriand.
En outre je ne démens rien de ceque je pensais à vingt ans, et de ce que j’écrivais à trente.
Sans doute, je ne récrirais pas aujourd’hui ce que j’écrivais alors.
Avec quelques années de plus, j’écrirais autre chose – et peut-être de moins confus.
J’ai changé, bien entendu - et d’ailleurs pas tellement.

J’ai peut-être un peu appris mais je n’ai rien oublié.
Non, je ne regrette rien.

Et je ne renie rien de cestemps qui s’éloignent, ni de ma jeunesse effacée.
Sauf Toi que j’ai « connue » trop tard...

Sans doute, en ces temps-là – in illo tempore…-, étais-je plus jeune, plus libre, plus naïf, plus insolent qu’aujourd’hui.
Je n’en rougis certes pas.

Peut-être faudrait-il plutôt rougir d’avoir accepté de vieillir.
Je ne m’y résous pas non plus.

Vieillir est, jusqu’à ce jour, et pour un bonbout de temps, j’imagine ; le seul moyen de ne pas mourir.

Parfois j’ai envie de crier :
Méfiez-vous fillettes qui jouez au soleil, méfiez-vous, jeunes gens, déjà guettés à la fois par la vie et par la mort également sans pitié, vous vieillirez aussi si vous ne mourrez pas.

Je ne suis pas mort encore.

Merci, mon DIEU !
Mais le temps, évidemment, a exercé sur moi ses pouvoirsmisérables, ses prestiges, ses ravages.

J’ai fait ce que j’ai pu dans ce déferlement.

J’ai navigué au plus près entre l’indifférence, la dépression et l’insatisfaction, entre mes défauts et mes passions, entre le monde et moi, entre le bonheur et l’inquiétude, entre mes contradictions, entre mes limites que je connais mieux que personne (quoique tu les aies indubitablement perçues), et mes minceset néanmoins réelles ambitions – bien plus modestes que l’on pourrait le croire, bien plus folles que les rêves les plus démesurés.

Le temps qui passe, je le crains, ruine les âmes et change les cœurs et il suffit largement à lui tout seul, à rendre à la médiocrité ce que masquait la jeunesse.

Est-ce que j’ai réussi à échapper à ce destin très sinistre, à ces communes malédictions ?

Jen’en sais fichtre rien.

Je tremble aujourd’hui, au bout d’un chemin déjà long, comme je tremblais hier aux côtés de ma chère Grand-Mère, parce que j’avais à neuf ans la perception de la mort et de la fugacité de l’existence.
(je pourrais m’arrêter là : tout est dit).

De crainte, de plaisir, de curiosité, de fièvre, et même encore d’impatience,
je tremble comme je tremblais.
Mais quoi! J’espère aussi, comme j’espérais.

« Il faut changer pour rester le même », écrit Simone Weil (la vraie / pas la tricoteuse).

Oui, bien sûr, j’ai changé. Et je suis resté le même.

Bravo, le monde !

Il m’amuse, à travers ses masques et je l’aime avec ses horreurs.


Je l’aime avec ses drames aussi.
Je l’aime avec ses mensonges.
Je m’efforce, comme je peux, de m’arranger dece qu’il m’impose.

Je n’en rejette ni le passé, ni le présent, ni l’avenir avec ses promesses, ni l’avenir avec ses menaces.

Est-il permis de s’arrêter dans un monde qui continue ?

A défaut de vaincre le temps, j’essaie, à tout le moins, de me faire un ami, un allié, un complice de ce compagnon tout-puissant dont le cœur n’est pas sûr.

J’attends les temps obscurs encore à venir.Est-ce que je savais déjà, quand je me demandais :

Quoi faire ?

Que la vie se charge très bien de nous enfoncer, à coups d’argent, de pouvoir, de responsabilités, à coups de temps surtout – y a-t-il vraiment autre chose que le temps ? – dans ce qui sera notre destin ?

Je l’accepte, ce destin.

Mais aujourd’hui comme hier, je me refuse à me confondre avec lui.
Entre mon destin et...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Lettre à une amie
  • Bérenger rapporte dans une lettre a une amie sa conversation avec jean et son inquiétude a voir les humains céder a la...
  • La lettre a
  • Lettre à un
  • Quatre lettres à m. de malesherbes
  • Lettre à menecee
  • Analyse lettre a mecenee
  • La lettre de gargantua a son fils

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !