liaisons dangereuses lettre 141

889 mots 4 pages
La Princesse de Clèves, Mme de La Fayette, 1678
Texte 4 : le dénouement

La Princesse de Clèves est un personnage hors norme dès la parution du roman en 1678. L’héroïne éponyme créée par Mme de Lafayette incarne un idéal moral qui correspond aux préoccupations de l’homme du XVIIème siècle. En effet, cette jeune femme s’illustre par sa fermeté inébranlable face aux tentations de sa passion réciproque pour M. de Nemours. Les dernières lignes du roman achèvent la peinture de ses qualités affermies par les épreuves : la mort de son mari dont elle tient son amant pour responsable, l’aveu de son amour et le renoncement à tout commerce avec M. de Nemours, sa retraite dans les Pyrénées suivie d’une grave maladie. Ce dénouement raconte l’acharnement de M. de Nemours pour satisfaire sa passion qui se heurte au refus catégorique de Mme de Clèves avant de diminuer et s’éteindre avec le temps. Ainsi ce dénouement balance-t-il entre le romanesque d’une fin en coup de théâtre et une fin conforme aux attentes créées par l’histoire de la Princesse de Clèves. D’une part, M. de Nemours multiplie les efforts pour conjurer la fin funeste que Mme de Clèves impose à leur passion : cette situation est digne d’une fin de tragédie. En revanche, l’exil volontaire et le renoncement à une passion coupable marquent l’accomplissement de la destinée de l’héroïne dans un dénouement sans surprise.

I- Un dénouement tragique
1. Le destin
l.1-2 verbes de perception+ l.l.2 le poids, l’importance ; l.35 dessein
l.29 il fallut : tournure impers. ; l.36 le temps et l’absence à M. de Nemours pressent le caractère irréversible de la situation : Mme de Clèves se coupe du monde et de lui à victoire du destin auquel il faut se plier : M. de Nemours est le jouet de forces qui le dépassent
2. La souffrance de M. de Nemours
l.32 une passion la plus violente, la plus naturelle et la mieux fondée qui ait jamais été : gradation, superlatifs

lexique mort+ souffrance +échec à sentiment –

en relation

  • Liaison dangereuse, lettre 141
    1438 mots | 6 pages
  • Lettre 141 les liaisons dangereuses
    4779 mots | 20 pages
  • Les Liaisons Dangereuses Lettre 141
    402 mots | 2 pages
  • Liaisons Dangereuses Lettre 141
    1041 mots | 5 pages
  • Mme de tourvel - les liaisons dangereuses
    622 mots | 3 pages
  • Les liaisons dangereuses descriptions de l'oeuvre
    2784 mots | 12 pages
  • Citations laclos
    493 mots | 2 pages
  • « Par leurs deux personnages significatifs, les liaisons dangereuses sont une mythologie de la volonté ; et leur mélange permanent de volonté et de sexualité est leur plus puissant moyen d’action. » préface d’andré malraux, 1939
    1772 mots | 8 pages
  • Les liaisons dangeureuses
    1254 mots | 6 pages
  • les liaisons dangereuses
    2146 mots | 9 pages