Limites

2109 mots 9 pages
Améliorer le contrôle interne

Les limites de la microfinance et le rôle de la recherche
ISABELLE GUERIN, Institut de recherche pour le développement et Institut Français de Pondichéry (Inde)

Après avoir été encensée et parée de toutes les vertus – lutte contre la pauvreté, émancipation des femmes, démocratisation des sociétés civiles et de bien d’autres encore – la microfinance se trouve souvent aujourd’hui en position d’accusée. Sont donnés à voir des pauvres poussés à s’endetter, incapables de rembourser du fait de taux d’intérêts exorbitants, des femmes délaissées voire battues par leurs conjoints qui leur reprochent leur nouvelle liberté, ou encore des villages déstructurés à la suite de difficultés de remboursement. Aussi nombre d’observateurs s’interrogent : la microfinance, est-ce une « bonne » ou une « mauvaise » chose ? La question ne peut pas être posée en ces termes. L’accès à des services financiers doit être considérée comme un droit. Or, dans la plupart des pays du Sud, ce type de droits, on le sait, reste hors de portée du plus grand nombre. D’où la nécessité d’adapter l’offre de services aux spécificités des populations pauvres. En cela, la légitimité de la microfinance ne peut être mise en cause : il ne s’agit ni plus ni moins que d’offrir des services bancaires et financiers de proximité à ceux qui n’y ont pas accès, hors des réseaux informels. Si le bien-fondé de l’outil ne saurait être nié, en revanche, l’usage qui en est fait et la portée qui lui est donnée exigent, elles, d’être examinées de près. La diversité des expériences rend cet examen délicat : quoi de commun en effet entre une ONG qui propose du microcrédit à un groupe de femmes en complément de services de santé et d’éducation et une banque commerciale qui se lance dans ce nouveau créneau afin d’élargir sa clientèle ? Gardons-nous de tout dogmatisme en la matière. Seul un examen au cas par cas permet de se prononcer sur l’efficacité de telle ou telle expérience. Dans certaines

en relation

  • Limite
    615 mots | 3 pages
  • limite
    609 mots | 3 pages
  • Limites
    318 mots | 2 pages
  • Les limites
    370 mots | 2 pages
  • La limite
    1026 mots | 5 pages
  • Les limites
    1564 mots | 7 pages
  • Limites
    3729 mots | 15 pages
  • les limites
    824 mots | 4 pages
  • Les limites
    444 mots | 2 pages
  • Les limites.
    331 mots | 2 pages