Lire et écrire, notes au sujet de la citation de marguerite yourcenar "« le public qui chercherait des confidences personnelles dans le livre d'écrivain est un public qui ne sait pas lire ».

586 mots 3 pages
Le magazine Littérature au sortir de la seconde guerre mondiale relançait les écrivains en leur demandant « Pourquoi écrit-on ? ». Peut être aurait-il été bon d'accompagner cette interrogation d'une autre question, complémentaire de l'acte d'écrire : « Pourquoi lit-on ? », ou autrement dit « Que recherche-t-on dans nos lectures ? ».
Pour Julien Gracq, l'acte de lecture correspond à « l'accueil au lecteur de quelqu'un ». La lecture serait ainsi la rencontre par le texte entre l'écrivain et son lecteur. Il semble logique alors de penser que ce dernier rechercherait dans l'acte de lecture des élèments propres à caracteriser l'écrivain.L'oeuvre littéraire serait alors comme un recueil sous des formes différentes de confidences.
A l'inverse, Marguerite Yourcenar condamne cette manière de lire et déclare : « Le public qui chercherait des confidences personnelles dans le livre d'écrivain est un public qui ne sait pas lire ». Si lire n'est pas la recherche de confidences personnelles de l'écrivain dans l'oeuvre littéraire, alors qu'est ce que lire ? Qu'est ce que l'oeuvre littéraire ?
De deux choses l'une : ou bien l'oeuvre littéraire, parce qu'elle est le fruit d'une création, se définirait comme la production écrite de toute représentation réèlle ou imaginaire. L'écrivain serait alors un inventeur au sens où il donnerait forme par les mots à ce qu'il observe, ce qu'il imagine. Le lecteur serait celui qui découvre par l'acte de lire le résultat de ces observations et/ou de cette imaginaire.
Ou bien l'oeuvre littéraire parce qu'elle est le produit d'une personne ne peut pas être pure representation. L'écrivain serait alors un découvreur de réalité. Il rechercherait dans son « moi », ses souvenirs, sa vision du monde des élèments propres à favoriser sa création.

I)Les mots comme outil de représentation du réèl L'écrivain : le traducteur de la réalité. I.1.1 L'entreprise naturaliste « Le romancier est un observateur et un expérimentateur.

en relation

  • Fiche de lecture
    87567 mots | 351 pages
  • 28189_تاريخ الأدب الفرنسي
    87433 mots | 350 pages
  • Noms et encyclopédie dans l'oeuvre de jacques ferron
    38716 mots | 155 pages
  • Livre de français 1ère S\ES
    229176 mots | 917 pages
  • L'écume des Lettres 1ère - Corrigé
    215467 mots | 862 pages
  • Marguerite yourcenar - mémoires d'hadrien
    104540 mots | 419 pages