Lire les Misérables

100130 mots 401 pages
LIRE

Les Misérables par Josette ACHER
Jean GAUDON
Claude HABIB
Jacques NEEFS
Jacques SEEBACHER

Jean DELABROY
Yves GOHIN
Bernard LEUILLIOT
Nicole SAVY
France VERNIER

textes réunis et présentés par

Anne UBERSFELD et Guy ROSA

Librairie José Corti
1985

3

SOMMAIRE

Bernard LEUILLIOT – Philosophie(s) : commencement d’un livre Jacques NEEFS – L’espace démocratique du roman
Jean DELABROY – Cœcum – Préalables à la philosophie de l’histoire dans Les Misérables

Claude HABIB – « Autant en emporte le ventre ! »
Yves GOHIN – Une histoire qui date
Josette ACHER – L’anankè des lois
Nicole SAVY – Cosette : un personnage qui n’existe pas
Jacques SEEBACHER – Le tombeau de Gavroche ou
Magnitudo parvuli

France VERNIER – Les Misérables : un texte intraitable
Anne UBERSFELD – Les Misérables, théâtre – roman
Guy ROSA – Réalisme et irréalisme des Misérables
Jean GAUDON – Illustration / lecture

PHILOSOPHIE(S) :
COMMENCEMENT D’UN LIVRE
Bernard LEUILLIOT

Je ne peux mettre l'avenir dans le passé.
V. H.

Écrire, c'est composer, par opérations qui sont aussi bien de stratégie que de tactique. Le projet d'écriture ne trouve à se formuler que dans un rapport de réciprocité avec la nécessité d'occuper les positions favorables et de les aménager, surtout, en vue des mouvements décisifs. Plaire et convaincre ne vont pas sans ces calculs qui font la spécificité de l'écrire Hugo, par l'application ou la subversion qu'ils opèrent des règles de la dispositio, en quoi consiste l'invention du roman et se mesurent les intentions du romancier.
Effets, à tout coup, d'une « préméditation involontaire ».
Composer, c'est, par exemple, décider d'un commencement : par où commencer? Mais un roman ne commence jamais, il a toujours déjà commencé, avant. Je ne puis que renvoyer ici aux remarques fondatrices de Claude Duchet : « La marquise sortit à cinq heures... ceci ne peut se dire à la rigueur qu'en aval d'un amont, idéale source
des

en relation

  • lois
    754 mots | 4 pages
  • Les misérables, victor hugo
    881 mots | 4 pages
  • Les mi
    6045 mots | 25 pages
  • L'intérêt du roman ( les miserables )
    1323 mots | 6 pages
  • Brevet blanc
    1900 mots | 8 pages
  • Les misérables
    6756 mots | 28 pages
  • Dissertaion
    603 mots | 3 pages
  • Victor hugo les miserables
    567 mots | 3 pages
  • Est-ce une erreur de porter un roman à l'écran
    2412 mots | 10 pages
  • Les misérables
    5862 mots | 24 pages