livre a lire

Pages: 580 (144964 mots) Publié le: 9 février 2015
Titre de l’édition originale
Fifty Shades of Grey
publiée par The Writer’s Coffee Shop Publishing House,
Australie
Maquette de couverture : Atelier Didier Thimonier,
d’après le design de Jennifer McGuire
Image © Papuga2006/Dreamstime.com
© Fifty Shades Ltd, 2011.
L’auteur a publié précédemment sur Internet Master of the
Universe,
une version en feuilleton de cette histoire, avecd’autres
personnages,
sous le pseudonyme Snowqueen’s Icedragon.
Tous droits réservés.
© 2012, éditions Jean-Claude Lattès pour la traduction française.
Première édition octobre 2012.
ISBN : 978-2-7096-4192-0

À Niall,
le maître de mon univers

1.

Je grimace dans le miroir, exaspérée. Ma saleté de tignasse refuse de coopérer. Merci, Katherine
Kavanagh, d’être tombée malade et de m’imposerce supplice ! Il faut que je révise, j’ai mes examens
de fin d’année la semaine prochaine, et, au lieu de ça, me voilà en train d’essayer de soumettre ma
crinière à coups de brosse. Je ne dois pas me coucher avec les cheveux mouillés. Je ne dois pas me
coucher avec les cheveux mouillés. Tout en me répétant cette litanie, je tente une nouvelle fois de
mater la rébellion capillaire. Excédée, jelève les yeux au ciel face à cette brune qui me fixe, avec
son teint trop pâle et ses yeux bleus trop grands pour son visage. Tant pis. Je n’ai pas le choix : la
seule façon de me rendre à peu près présentable, c’est de me faire une queue-de-cheval.
Kate est ma colocataire, et elle a été terrassée par la grippe aujourd’hui. Du coup, elle ne peut pas
interviewer pour le journal des étudiantsun super-magnat de l’industrie dont je n’ai jamais entendu le
nom. Résultat : elle m’a désignée volontaire. Je devrais relire mes notes de cours, boucler une
dissertation, bosser au magasin cet après-midi, mais non – je me tape les 265 kilomètres qui séparent
Vancouver dans l’État de Washington du centre-ville de Seattle pour rencontrer le mystérieux P-DG
de Grey Enterprises Holdings, Inc.,grand mécène de notre université. Le temps de ce chef
d’entreprise hors du commun est précieux – bien plus que le mien –, mais il a accepté d’accorder une
interview à Kate. C’est un scoop, paraît-il. Comme si j’en avais quelque chose à foutre.
Kate est blottie dans le canapé du salon.
— Ana, je suis désolée. Cette interview, je cours après depuis neuf mois. Si j’annule, je n’aurai
pas d’autrerendez-vous avant six mois et, d’ici là, on aura quitté la fac. Je suis la rédac’ chef, je ne
peux pas me permettre de planter le journal. Je t’en supplie, ne me laisse pas tomber, m’implore-telle d’une voix enrouée.
Elle fait comment ? Même malade, elle est à tomber avec ses cheveux blond vénitien
impeccablement coiffés et ses yeux verts pétillants, bien que, pour l’instant, ils soient rouges etlarmoyants. Je refoule une bouffée de compassion.
— Évidemment que je vais y aller, Kate. Retourne te coucher. Tu veux de l’Actifed ou un
Doliprane ?
— Actifed, s’il te plaît. Tiens, voici mes questions et mon dictaphone. Tu appuies ici pour
enregistrer. Prends des notes, je décrypterai.
— Ce mec, je ne sais rien de lui, dis-je en tentant vainement de réprimer ma panique croissante.
— Avecmes questions, tu t’en sortiras très bien. Allez, vas-y. Tu as une longue route à faire. Il ne
faut pas que tu sois en retard.
— O.K., j’y vais. Retourne te coucher. Je t’ai préparé de la soupe, tu pourras la faire réchauffer
plus tard.
Il n’y a que pour toi que je ferais ça, Kate.
— D’accord. Bonne chance. Et merci, Ana – comme toujours, tu me sauves la vie.

Je prends mon sac à dos enlui adressant un sourire ironique. Je n’arrive toujours pas à croire que
je me sois laissé convaincre par Kate de faire ça. Cela dit, Kate pourrait convaincre n’importe qui de
faire ses quatre volontés. Elle est éloquente, forte, persuasive, combative, belle – et c’est ma
meilleure amie.

Les routes sont dégagées à la sortie de Vancouver. Je ne suis attendue à Seattle qu’à 14 heures.
Kate...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • livre a lire
  • Rutile : livre de fred mussard à lire sur l'esclavage.
  • Es-il plus avantageux de lire un livre ou d'assister à une pièce de théâtre de dom juan ?
  • A lire
  • À lire ou pas
  • a ne pas lire
  • A lire
  • A lire

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !