lmpj

643 mots 3 pages
Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Tréhorenteuc s'étend sur 542 hectares, pour une altitude de 92 mètres au niveau du bourg1. Elle touche la forêt de Paimpont, assimilée à la légendaire forêt de Brocéliande. La proximité d'un site populaire de cette forêt, le Val sans Retour (qui doit son nom à la fée Morgane), en a fait une destination touristique prisée. Tréhorenteuc est entourée de landes et des collines du Val sans retour, dont les plus élevées culminent à 240 et 256 mètres1. Les pierres de schiste rouge typique de cette région de Bretagne s'y trouvent en abondance2, particulièrement à la carrière située au lieu-dit La Troche.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Trois ruisseaux traversent la commune. La Grenouillère et le Rauco proviennent de la forêt de Paimpont, le ruisseau des Rouliers prend source à Pertuis-Néanty. Ils se rejoignent près de la commune et se jettent plus loin dans l'Yvel, à hauteur de Néant-sur-Yvel2.

Quartiers et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune compte plusieurs quartiers : le Pâtis, les Ruées, le Gué Ronçin, les Vignes, Gautro et Rue neuve, ainsi que le village La Touche-Robert, et des hameaux ou lieu-dits qui en dépendent : Trébotu, La Troche, Le Terrier, Le Val aux fauvettes, La Tenue, Le Champ au mur, Bellevue et Le Mazerin2.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Tréhorenteuc a vraisemblablement été donné par des familles de Bretons insulaires déplacées au IVe siècle : « Tré » désigne les habitations d'une même famille ou de petits hameaux communautaires bâtis autour d'un centre religieux3. D'après la communauté de communes de Mauron en Brocéliande, qui ne cite pas ses sources, ce nom signifierait « pays de la charité »4. D'après Jacky Ealet, la commune est historiquement connue sous un autre nom, « Trégarantec », qui signifierait « l'habitation aimable »3. En Gallo, langue parlée historiquement sur le territoire de la commune, le nom est Terhantoec. En Breton,

en relation