Logistique : comment l’oncf compte monter en puissance plans sectoriels dédiés aux céréales et hydrocarbures quatre nouveaux ports secs construits d’ici fin 2013

831 mots 4 pages
Logistique : Comment l’ONCF compte monter en puissance
Plans sectoriels dédiés aux céréales et hydrocarbures
Quatre nouveaux ports secs construits d’ici fin 2013

LE rail s’inscrit au cœur de la stratégie logistique à l’horizon 2015. D’ailleurs, bien que le réseau ferroviaire ne dépasse guère les 4.000 km, il présente bon nombre d’atouts par rapport à d’autres moyens de transport, tant en termes de rapidité, de respect de l’environnement que de la flexibilité. Or, les professionnels privilégient la multi-modalité du transport des flux de marchandises. «L’Office national des chemins de fer est beaucoup plus dans une logique de complémentarité avec la route. L’ONCF envisage d’ailleurs de se spécialiser dans des créneaux qui sont à vocation ferroviaire», tient à rassurer Mohamed Rabie Khlii, directeur général, lors des escales sectorielles, organisées par la CGEM mardi 21 février sur la logistique et le transport. Le rail reste donc un levier incontournable dans la performance des ports, principalement lorsqu’il s’agit de transporter de gros volumes sur de longues distances.
Pour rappel, l’ONCF a une double casquette. Il est à la fois aménageur et développeur. «L’Office joue un rôle d’opérateur logistique qui développe des partenariats avec le privé. Et en même temps, c’est un facilitateur qui met à la disposition des opérateurs logistiques des terrains et des entrepôts pour développer leurs activités», précise le DG de l’ONCF. La contribution de l’ONCF à la stratégie logistique s’articule autour de plusieurs axes. Le premier porte sur la réalisation de plans logistiques sectoriels. Ainsi, le plan céréalier prévoit la construction de silos sur terrains d’une capacité de 85.000 tonnes par site, directement connectés au réseau ferroviaire. Pour l’heure, quatre sites sont implantés à Casablanca, Fès, Marrakech. Trois autres sont programmés. L’ambition est de porter la capacité de stockage à 1,6 million de tonnes à l’horizon 2015. Le redimensionnement

en relation