Lxxviii - spleen ; commentaire

713 mots 3 pages
LXXVIII - Spleen

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l'horizon embrassant tout le cercle
II nous verse un jour noir plus triste que les nuits;

Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l'Espérance, comme une chauve-souris,
S'en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris;

Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D'une vaste prison imite les barreaux,
Et qu'un peuple muet d'infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,

Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.

- Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme; l'Espoir,
Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.

Les Fleurs du mal, Charles Baudelaire

I) La montée de la crise

A) Une lente progression vers l'inexorable

- Les quatre premiers quatrains développent une seule phrase qui progresse avec trois subordonnées (3 quand) et aboutit à un paroxysme dans la proposition principale.
- L'anaphore, avec le mot "quand" répété 3 fois, rythme cette progression.
- Par ailleurs, les coordinations "et qui" (vers 3-11), les enjambements continuels, tout cela donne l'impression d'un mouvement lent et enchaîné inexorablement.

B) Une atmosphère macabre

- Les impressions que ressent la victime du spleen sont pesantes, douloureuses, de plus en plus malsaines et de plus en plus inquiétantes.
- Le climat est pesant (vers 1), un accent irrégulier tombe sur "pèse".
- Le climat est douloureux (vers 1-16) => les sonorités dominantes sont douloureuses, nasales en "en", sifflantes en "s", l'assonance en "i" est très souvent à la rime.
- L'ensemble ramène à "l'esprit gémissant".
- Le climat est de plus en plus

en relation

  • corpus spleen
    891 mots | 4 pages
  • Splenn lxxviii, de charles baudelaire
    765 mots | 4 pages
  • Spleen
    625 mots | 3 pages
  • Du bellay , nouveau venu qui cherche rome en rome
    5874 mots | 24 pages
  • LXXVIII
    2671 mots | 11 pages
  • Spleen
    551 mots | 3 pages
  • Les Fleurs du Mal, Spleen IV
    2913 mots | 12 pages
  • Spleen
    775 mots | 4 pages
  • Fleurs Sequence
    4661 mots | 19 pages
  • Baudelaire_spleen4_commentaire
    1384 mots | 6 pages