Mères porteuses lois

3344 mots 14 pages
Avant la révision de la loi de bioéthique, opposants et partisans de la « gestation pour autrui » s'enflamment. Longtemps couvé, le débat sur la légalisation de la « gestation pour autrui » (GPA) n'a jamais été autant d'actualité : alors que la loi de bioéthique de 2004 doit être révisée cette année, partisans et opposants de la légalisation des mères porteuses montent au créneau depuis un mois.
Porter l'enfant d'un autre, la pratique est vieille comme le monde. Mais depuis une vingtaine d'années, les techniques de fécondation in vitro et d'insémination artificielle rendent possible la gestation pour autrui, le fait de porter un enfant conçu en dehors de tout rapport charnel, avec les ovocytes d'une autre femme.
Interdite en France, la pratique est autorisée à l'étranger. Le couple Mennesson , dont les jumelles ont été portées par une Californienne en 2000, et n'ont toujours pas d'état civil en France, déplacent leur combat du terrain médiatique au terrain politique.
Leur appel pour la légalisation de la gestation pour autrui lancé fin mars a recueilli 300 signatures, dont de nombreuses personnalités (politiques, juristes, psychanalystes, médecins...).
Face à eux, le camp des « anti », constitué à la fois de catholiques, de féministes ou de médecins, se mobilise autour de la philosophe Sylviane Agacinski qui vient de publier un ouvrage très virulent, Corps en miettes (Flammarion).
Qui est concerné ?Les couples ayant des problèmes de fertilité n'ont pas tous recours à la gestation pour autrui, loin de là. Il ne s'agit que de ceux dont la femme n'a pas d'utérus et dont c'est la seule solution (hormis l'adoption, dont on connait les difficulté) d'avoir un enfant. En tous cas dans les pays où la GPA est autorisée, car des pratiques sauvages se développent notamment en Inde où il est possible de se « faire faire un bébé » pour 10 000 euros .
La mère porteuse se fait implanter l'embryon du couple géniteur (les ovocytes de la mère naturelle, ou d'une donneuse

en relation

  • Exposé sur les mères porteuses
    3448 mots | 14 pages
  • Les méres porteuse
    828 mots | 4 pages
  • La gestation pour autrui
    706 mots | 3 pages
  • Meres porteuses
    4079 mots | 17 pages
  • arrêt de principe de l'assemblée plénière de la cour de cassation du 31 mai 1991 relatif à l'application aux conventions dîtes de "mères porteuses"
    1624 mots | 7 pages
  • dissertation maternité de substitution
    2489 mots | 10 pages
  • Fiche de lecture
    996 mots | 4 pages
  • enquête de GPA
    552 mots | 3 pages
  • Philo
    1009 mots | 5 pages
  • Les meres porteuses
    2095 mots | 9 pages