Mémoire de guerre

Pages: 5 (1042 mots) Publié le: 12 novembre 2012
Résumé du chapitre 1 avec citations
Mémoires de guerre de Charles de Gaulle, t. 3


|Résumé détaillé |Citations |
|Constats des dégâts (transports désorganisés, pénurie…) p.7 à 9 |« la marée, en se retirant, découvre donc soudain, d’un bout à |
||l’autre, le corps bouleversé de la France. » p.7 |
| |« Eh quoi ? On peut, du jour au lendemain, parler tout haut, |
|La détente morale (p.9) |rencontrer qui l’on veut, aller et venir à songré ! » p.9 |
| |« Quant à de Gaulle, personnage quelque peu fabu-leux, incorporant |
| |aux yeux de tous cette prodigieuse libération, on compte qu’il saura |
|Une euphorie un peu trop précoce (p.9-10) |accomplir parlui-même tous les miracles attendus » p. 10 |
| |« Je ne puis me bercer d’illusions […] Je me sais dépourvu de tout |
|Lucidité de De Gaulle (p.10) |talisman qui permettrait à la nation d’atteindre le but sans |
||douleur » p.10 |
|Mise en place d’un gouvernement – discours au palais de Chaillot 12 |« Plus que jamais, il me fallait donc prendre appui dans le peuple |
|septembre 1944 (p.10 à 15), sentiment mitigé |plutôt que dans les « élites ». (p.15) |
|Provincesdésorganisées imputée au parti communiste… (p.15 à 17) | |
| |« Il faut dire que l’apparition du général de Gaulle, parlant à la |
| |foule rassemblée place du Muy et rue Saint Ferréol,ou parcourant la |
| |Canebière, ou reçu à l’Hôtel de ville par le maire Gaston Defferre, |
| |soulevait une vague d’adhésion populaire qui donnait aux problèmes |
| |l’apparenced’être simplifiés. » (p.20) |
|Déplacements de De Gaulle en Province, afin de restaurer l’autorité de |« la vue de leur drapeau et fanions improvisés, leur souci de |
|l’Etat (p.17 à 31 ) : du 14 au 17 septembre 1944, Lyon, Marseille, |s’organiser en sections […], par-dessus tout les attitudes, les |
|Toulon, Toulouse, Bordeaux, Saintes, Orléans puisNancy le 25 septembre |regards, les larmes des hommes qui défilaient devant moi, montraient |
|après être rentré à Paris auprès de la 1ère Armée, suivi des Flandres le|combien la règle militaire a de vertu et d’efficacité. Mais, aussi, |
|30 septembre, après un nouveau retour à Paris, déplacement en Normandie |il y avait là, à mon égard, la même sorte de plébiscite qui se |
|le 7 octobre,toujours entrecoupé d’un retour à Paris, le 23 octobre en |manifestait partout. » (p.22) |
|Brie et Champagne, retour à Paris par Dijon. Les 4, 5 et 6 novembre, |« Du même balcon où Gambetta avait harangué la foule en 1870, je |
|voyage dans les Alpes. Le tout suivi d’un bilan. |m’adressai aux Bordelais ». (p.24)...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Memoires de guerre
  • La mémoire de la guerre
  • Memoires de guerre
  • Mémoires de guerre
  • Memoire de guerre
  • Memoire de guerre
  • Mémoires de guerre
  • Memoires de guerre

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !