Macbeth

458 mots 2 pages
Macbeth est depuis 1032 mormaer (chef de clan) du district de Moray, charge occupée autrefois par son père Findláech MacRory (de 990 à 1020), et donc seigneur héréditaire, selon les Annales de Tigernach, et fils d'un roi d'Écosse, Findláech étant appelé rí Alban — ce qui signifie « roi d'Écosse » dans le langage gaélique du Moyen Âge — selon les Annales de l'Ulster et le Livre de Leinster. Il semblerait en tout cas qu'il n'ait eu aucun droit à la royauté, et que c'est comme commandant au service du roi Duncan Ier qu'il fait assassiner ce dernier, au cours de la bataille de Pitgaveny près d'Elgin le 14 août 1040, afin de s'approprier le royaume1.
Le combat se poursuit contre Crinan ou Cronan Abbé laïc de Dunkeld, le père de Duncan, tué à son tour cinq ans plus tard2.
De ce fait, Macbeth est parfois présenté comme un général usurpateur. En fait, le meurtre de Duncan par Macbeth trouve son fondement dans deux éléments majeurs : d'une part, Macbeth revendique l'ordre successoral picte, adopté par le fondateur de la dynastie royale écossaise, Kenneth Ier Mac Alpin et modifié par le grand-père de Duncan Ier, Malcolm II, qui est un Scot ; d'autre part, Macbeth rétablit l'ordre en Écosse, bouleversé par le règne désordonné de Duncan. Macbeth expie son meurtre par un pèlerinage qu'il fait à Rome en 10503.
En outre, Macbeth a épousé — lorsque celle-ci se trouve veuve de Gillacomgain mac Maelbrigte — sa cousine Gruoch, fille de Boïte d'Écosse et petite-fille de Kenneth III, assassiné par Malcolm II, le grand-père de Duncan. Petit-fils par alliance de Kenneth III, il peut revendiquer le trône d'Écosse à la mort de Malcolm II, mais celui-ci modifie les règles de succession au trône au profit de son propre petit-fils Duncan Ier.
Résidant au château de Dunsinane, il aurait eu un règne prospère de dix-sept ans avant d'être tué au combat, en 10574, à Lumphanan — dans les Highlands — lors d'une bataille contre l'armée de Siward, comte de Northumbrie, qui soutient la famille

en relation

  • Macbeth
    1438 mots | 6 pages
  • MacBeth
    1328 mots | 6 pages
  • Macbeth
    4337 mots | 18 pages
  • Macbeth
    3934 mots | 16 pages
  • Macbeth
    1603 mots | 7 pages
  • Macbeth
    344 mots | 2 pages
  • Macbeth
    483 mots | 2 pages
  • Macbeth
    250 mots | 1 page
  • Macbeth
    1880 mots | 8 pages
  • macbeth
    1051 mots | 5 pages