Madame bovary l'ouverture ière partie

1032 mots 5 pages
L’ouverture

L’ouverture ou l’intrigue s’ouvre sur le personnage de Charles et commence par une scène de présentation du personnage à la fois à la classe et au lecteur. Le « nous » qui commence le roman renvoie la force collective de la classe face au nouveau qui entre en scène en même temps que le lecteur. Ayant été auparavant présenté par le proviseur, par son allure physique et vestimentaire « donne l’idée d’un arlequin, d’un pantin) et enfin par sa casquette, objet indescriptible et hautement symbolique.
Le passage que nous allons étudier précise la première impression en mettant le personnage en situation de se présenter lui-même.

Thème et démarche
Cette scène comme une petite scène de comédie se présente en 2 étapes : - Présentation par le corps. - Présentation par la parole.
Nous allons étudier cette scène linéairement mais en essayant de voir son crescendo comment elle annonce la fonction du personnage et son statut dans le roman.

I/ L’acte officiel de présentation
La scène est théâtralisée et rendue très vivante par l’emploi de verbes d’action (se lever, se baisser : un automate, un clown), au passé simple et par un enchaînement très rapide des faits et des réactions. Il y a une asyndète, une absence de liens logiques et en quelques lignes 4 intervenants, ce qui donne une petite comédie rapide et vivante.
On se retrouve dans le domaine de la farce, du comique gestuel. Pour Bergman, le rire c’est de la mécanique plaquée sur du vivant d’un geste.
Tout le jeu a lieu autour d’un objet symbolique, la casquette, représentation de la bêtise et du ridicule de son propriétaire.

1. La première réaction
Celle du professeur à la fois indulgente et amusée puisqu’il joue étymologiquement sur le terme de casque et ses connotations guerrières. Flaubert nous présente cet homme ayant pour fonction d’exalter les « humanités » avec un regard lui aussi ironique puisqu’il met l’accent sur l’aspect pédant de la plaisanterie.

2. La deuxième

en relation

  • Chronologie de gustave flaubert
    186117 mots | 745 pages
  • Culture
    42587 mots | 171 pages
  • Le recit et la description
    42238 mots | 169 pages