manager

Pages: 10 (2331 mots) Publié le: 9 août 2014
A
 LA
 GLOIRE
 DU
 GRAND
 ARCHITECTE
 DE
 L’UNIVERS
 
Groupement
 Maçonnique
 de
 Loges
 Mixtes
 et
 Indépendantes
 

 

 
RøEøAøAø
 

 

 

 
La
 PERSEVERANCE
 

 

 
Travail
 au
 2er
 degré
 

 
«
 Je
 suis
 un
 Compagnon
 et
 je
 le
 dis»
 

 

 

 
Par William
 L.
 

 

 

 

 

 

 
Ecrite
 9
 avril
 2011
 
Lu
 le
 6
 février
 2012
 
1
 


 

Vénérable
 Maitre
 de
 loge,
 et
 vous
 tous
 mes
 Sœurs
 et
 mes
 Frères
 en
 vos
 rangs,
 grades
 
et
 qualité.
 

 
Je
 suis
 un
 Compagnon,
 comme
 vous tous
 au
 minimum
 ici
 ce
 soir.
 Mais
 savons-­‐nous
 
vraiment
  ce
  que
  cela
  implique
  dans
  la
  vie
  d’un
  Maçon
  que
  nous
  sommes
  devenus
  le
  jour
  de
 
notre
 Initiation.
 
Ce
  grade
  de
  Compagnon,
  considéré
  trop
  souvent
  que
  comme
  une
 étape
  transitoire
 
entre
  le
  grade
  d’Apprenti
  et
  le
  grade
  de
  Maitre.
  Et
  pourtant
  c’est
  un
  des
  grades
  les
  plus
 
beaux
  à
  vivre
  et
  riches
  en
  enseignements
  et
  ceci
  pour
  plusieurs
  raison
  que
  je
  fais
  essayer
  ce
 
soir
 de vous
 faire
 ressentir.
 
 
Car
  ce
  n’est
  qu’en
  ressentant
  les
  choses
  et
  non
  pas
  que
  en
  les
  écoutant
  que
  nous
 
pouvons
 nous
 imprégner
 et
 comprendre
 un
 message.
 
Ce
 grade
 de
 compagnon
 est
 très
 vieux
 comme
 celui
 d’apprentie.
 Le
 grade de
 maitre
 
comme
 nous
 l’entendons
 en
 Loge
 n’a
 été
 que
 très
 récemment
 introduit.
 C’est
 la
 Franc
 Ma-­‐
çonnerie
 qui
 en
 a
 fait
 un
 grade
 et
 une
 sorte
 d’aboutissement
 d’un
 parcourt
 initiatique
 que
 
nous
 vivons
 dans
 les
 loges
 bleu
 et
 d’on
 il
 est le
 dernier
 maillon.
 
Au
 temps
 de
 la
 Maçonnerie
 opérative
 le
 grade
 de
 compagnon
 était
 l’aboutissement
 
d’une
  initiation
  à
  un
  métier
  dont
  le
  point
  d’orgue
  final
  était
  la
  réalisation
  d’un
  «
 chef
 
d’œuvre
 »
 en
 rapport
 avec
 son
 métier et
 que
 devait
 réaliser
 tout
 compagnon
 à
 la
 fin
 de
 sont
 
parcourt
 et
 formation.
 
Cette
 formation
 n’avait
 pas
 lieu
 dans
 un
 endroit
 unique
 comme
 pour
 les
 apprenties
 
qui
 restaient
 de
 longues
 années
 chez
 le
 même
 patron.
 Mais
 il
 fallait l’acquérir
 en
 voyageant
 
à
 travers
 les
 pays.
 De
 patron
 en
 patron
 pour
 découvrir
 des
 techniques
 et
 des
 nouveautés.
 
Ces
 voyages
 il
 fallait
 bien
 souvent
 les
 faires
 seul,
 en
 parcourant
 des
 contrés
 souvent
 
hostiles,
 et
 dangereuses.
 Et
 parfois
 quand
 la chance
 et
 le
 hasard
 s’en
 mêlait
 vous
 trouviez
 un
 
«
 compagnon
 »
 de
 voyage
 pour
 partager
 l’aventure.
 Et
 votre
 chemin
 vous
 menait
 de
 chan-­‐
tier
  en
  chantier
  ou
  de
  boutique
  en
  boutique,
  d’atelier
  en
  atelier
  tout
  cela
  en
  fonction...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Manager
  • manager
  • Manage
  • Manag
  • manager
  • Manager
  • Le manager
  • le manager

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !