Manon lescaut le parloir

5133 mots 21 pages
La scène du parloir, de «Je retournai à Saint-Sulpice, couvert de gloire» jusqu’à «après avoir considéré longtemps les environs». Le texte que nous allons lire est la scène cruciale de l'Histoire du Chevalier des Grieux et de Manon Lescaut, ce roman de mœurs à forte tonalité autobiographique, avec les arcanes du roman à clef tout en s'inscrivant profondément dans les réalités sociales et économiques du temps, paru à Amsterdam en 1731, pour l'édition princeps (puisque l'édition de référence date, avec ses corrections moralisantes, de 1753), comme septième tome des Mémoires et aventures d’un homme de qualité qui s’est retiré du monde; ce dernier se nomme le marquis de Renoncour; homme respectable, expérimenté, âgé de 60 ans, il précise dans son avis qui sert de prologue au roman lui-même qu'il veut peindre, avec le chevalier, un caractère ambigu, un mélange de vertus et de vices, un contraste perpétuel de bons sentiments et d'actions mauvaises: il s'agit de rendre un «service considérable au public [...], l'instruire en l'amusant». Oui, à en croire le véritable auteur de ces Mémoires, l'abbé Prévost, il s'agit d'un «traité de morale agréablement réduit en exercice», ce qui ne manque pas de sel de la part de notre prêtre, élève des jésuites, soldat de fortune, bénédictin de l'abbaye de Saint-Maur, ayant prêté la main à un écrit satirique du temps: les Avantures de Pomponius, chevalier romain, ou l'histoire de notre tems - où les amours du régent sont évoquées, pour mieux les excuser - collaborateur émérite à la Gallia Christiana, défroqué - ou plutôt ayant quitté son ordre régulier sans que son bref de translation eût été fulminé-, exilé, converti au protestantisme, amant de Lenki Eckhardt, ce pour la partie de sa vie antérieure à l'édition de notre roman. Comme sa vie échevelée, l'abbé Prévost, au moment de notre texte, a déjà singulièrement compliqué sa trame narrative: en effet, avant de donner la parole aux souvenirs du chevalier, le marquis est censé

en relation

  • Manon Lescaut, scène du parloir
    1459 mots | 6 pages
  • Commentaire de manon lescaut sur la scène du parloir
    1436 mots | 6 pages
  • Lecture analytique Manon Lescaut scène du parloir
    1009 mots | 5 pages
  • Manon lescaut, retrouvailles à saint sulpice.
    5940 mots | 24 pages
  • Manon lescaut
    2448 mots | 10 pages
  • Plan oral du bac de francais
    1539 mots | 7 pages
  • Manon lescaut- résumé
    802 mots | 4 pages
  • Introduction manon lescaut
    259 mots | 2 pages
  • Francois
    1191 mots | 5 pages
  • Apologistes du travail nietzsche
    3575 mots | 15 pages