Marché de la confiserie

9126 mots 37 pages
Le snacking

LA CONFISERIE DE SUCRE
Les bonbons et autres gommes à mâcher ont désormais leur fête. Arbitrage de consommation oblige, ils n’ont pas été à la fête. Qu’importe pour continuer à faire vivre le plaisir, les marques n’ont pas renoncé à l’innovation qui paie toujours. Mais le discours se teinte désormais d’arguments plus pragmatiques. Mâcher c’est bon pour tout et surtout pour la santé. Du côté des enfants, en revanche rien ne remplace le plaisir… près la fête du cinéma, de la musique, des voisins, le calendrier 2008 des célébrations «citoyennes» s’est enrichi d’un nouvel événement : la fête des bonbons ou plutôt «La Journée des petits plaisirs». Initiée par le syndicat national de la confiserie, célébrée le 3 octobre dernier, l’opération, qui sera reconduite cette année, entendait rappeler au grand public que les bonbons sont avant tout synonymes de partage et de convivialité. L’interprofession de la confiserie en appelait à l’opinion pour résister à la vindicte du corps médical. Avec un argument de choc : oui, les bonbons sont à base de sucre. Non, ils ne sont pas responsables de l’épidémie d’obésité «puisqu’ils ne représentent que de toutes petites quantités de la consommation de sucre» affirmait Didier Renou, vice-président du syndicat, encore traumatisé par la menace de Roselyne Bachelot, ministre de la Santé d’interdire la vente des bonbons aux caisses des supermarchés (source Libération). Depuis le lobby de l’agro-alimentaire a gagné une bataille. Les publicitaires et les responsables des chaînes de télévision se sont engagés en février dernier auprès des pouvoirs publics à promouvoir sur le petit écran, via la production de programmes courts, les règles d’une alimentation saine et équilibrée. En échange de la signature de cette charte, le gouvernement

A

s’est engagé à ne pas légiférer sur l’encadrement ou l’interdiction de la publicité pour ces produits, du moins durant les cinq prochaines années. Quant au bannissement des sucreries des

en relation

  • Le marché des confiseries
    907 mots | 4 pages
  • Marché de la confiserie
    2538 mots | 11 pages
  • Marché de la confiserie
    2848 mots | 12 pages
  • Marché confiseries
    473 mots | 2 pages
  • Marche de la confiserie
    4150 mots | 17 pages
  • Marché de la confiserie
    728 mots | 3 pages
  • marche de la confiserie
    4541 mots | 19 pages
  • Etude de marché confiseries
    1655 mots | 7 pages
  • Etude de marché confiserie
    5413 mots | 22 pages
  • Marché 2009 de la confiserie
    966 mots | 4 pages