Marguerite duras

3768 mots 16 pages
L’autobiographie, plus ou moins avouée est omniprésente dans l’œuvre de Marguerite Duras et les années d’enfance passées en Indochine se déclinent ou se devinent tout au long de son œuvre. Un barrage contre le Pacifique se présenterait a priori comme le premier récit d’enfance mais si on remonte à 1943 et 1944, Les Impudents et La vie tranquille, écrits dans un style plus classique, posaient déjà la question du « maquillage » des événements car, malgré des apparences de fiction romanesque totalement inventée et des décors très différents, on est forcé d’y reconnaître de nombreuses variations sur des faits réels. En 1977, L’Eden Cinéma met en scène les personnages du
Barrage dans un texte plus direct car le décès de la mère permet à l’auteur de s’exprimer plus librement. En 1984, paraît alors l’œuvre centrale : L’Amant. Si l’on examine un à un les critères de reconnaissance de l’autobiographie, en se référant au pacte autobiographique de Philippe Lejeune, on ne peut nier que L’Amant y réponde assez bien : à sa sortie, l’ouvrage a même été perçu comme un
« aveu ». L’hybridité est totale dans l’écriture pseudo scénarisée de l’Amant de la Chine du Nord qui voit le jour en 1991 pour désavouer la réalisation de Jean-Jacques Annaud. Enfin, les Cahiers de la 3 guerre, écrits entre 1943 et 1949 mais parus en 2006, laissent préfigurer sous la forme de notes plus ou moins développées ce que sera l’ensemble de l’œuvre. Même si ces derniers se présentent sous la forme d’un journal intime et fourmillent de repères d’ordre historique et géographique, la narration trahit un certain nombre de transpositions fantaisistes et déjà là, sur le plan formel, le texte présente d’évidentes ruptures avec les frontières textuelles du genre. Le corpus s’est nécessairement étendu à des ouvrages qui paraissent a priori éloignés de cette veine autobiographique, comme Le vice-consul,
Le ravissement de Lol V. Stein et India Song, dans la mesure où les

en relation

  • Marguerite duras
    1619 mots | 7 pages
  • Marguerite duras
    4806 mots | 20 pages
  • Marguerite duras
    648 mots | 3 pages
  • Marguerite duras
    556 mots | 3 pages
  • Marguerite duras
    473 mots | 2 pages
  • Marguerite duras
    876 mots | 4 pages
  • Marguerite duras
    1652 mots | 7 pages
  • Marguerite duras
    1861 mots | 8 pages
  • Marguerite Duras
    590 mots | 3 pages
  • Marguerite duras
    12020 mots | 49 pages