marivaux

Pages: 186 (46375 mots) Publié le: 4 janvier 2015

www.comptoirlitteraire.com

André Durand présente

MARIVAUX

(France)

(1688-1763)



Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres qui sont résumées et commentées (surtout ‘‘Arlequin poli par l’amour’’, ‘’La double inconstance’’, ‘’La fausse suivante’’, ‘’La surprise de l’amour’’, ‘’La seconde surprise de l’amour’’, ‘’Le paysan parvenu’’, ‘’La vie de Marianne’’, ‘’Le jeu del’amour et du hasard’’, ‘’Le prince travesti’’, ’’Les fausses confidences’’, ‘’L’heureux stratagème’’, ‘’L’île des esclaves’’, qui font l’objet de fichiers à part).

Bonne lecture !


Né à Paris, le 4 février 1688, il fut, le 8, baptisé à la paroisse Saint-Gervais.
Son père, Nicolas Carlet, appartenait à une famille de la bourgeoisie de Normandie, qui avait fourni plusieurs magistrats auparlement de cette province. Sa mère, Marie Bullet, était apparentée aux Bullet de Chamblain père et fils, architectes célèbres auxquels on doit notamment le château de Champs et de beaux hôtels parisiens du style Régence.
Pierre Carlet passa à Paris les dix premières années de sa vie, au cours desquelles son père, qui était fonctionnaire de l'intendance de la marine et de la guerre, fut absent :trésorier des vivres, il suivit les armées en Allemagne pendant la guerre de la ligue d’Augsbourg (1688-1697). Mais, en 1698, la famille émigra à Riom où il avait obtenu une charge de «contrôleur-contre-garde» à l’Hôtel de la Monnaie, dont il allait devenir directeur, connaissant dans l’exercice de sa fonction de sévères difficultés. Il ajouta à son nom «de Chamblain de Marivaux», après avoir achetéces terres, et avoir été anobli.
Le jeune garçon entra au collège des Oratoriens de Riom, où il reçut une solide formation de latiniste mais n’apprit pas un traître mot de grec. La connaissance de I'Antiquité fut pour lui un apport culturel essentiel à I'illustration, au prolongement et à I'approfondissement de sa méditation sur les problèmes et les ressources de I'être humain. On lui enseignaaussi Montaigne, Descartes, Pascal, La Rochefoucauld, Malebranche, son éducation ayant donc obéi à une saine morale. Mais il eut certainement aussi d'autres lectures que celles qu’imposaient les programmes scolaires de l'époque, car son oeuvre reflète une vaste culture littéraire : les poètes antiques, d'Homère à Lucain, les dramaturges français Comeille, Racine, Molière, Regnard, et ceux de laRestauration anglaise comme Milton, comme aussi le Tasse et les romanciers Cervantès, La Calprenède, Mlle de Scudéry, Mme de La Fayette, Sorel, Dufresne.
Il dut alors connaître ses premières aventures sentimentales, car il fallut bien qu’il tire sa si profonde connaissance du coeur humain d’expériences personnelles. On prétend qu'il subit certaines déceptions amoureuses. Il allait raconter l'uned'elles dans ‘’Le spectateur français’’. Alors qu’il était âgé de dix-sept ans, il aima une jeune fille, qu'il jugeait «belle et sage ; belle sans y prendre garde». Un jour, alors qu'il venait de la quitter, il s'aperçut qu'il avait oublié un gant. Revenant sur ses pas, il surprit sa belle, un miroir à la main, tout entière absorbée dans sa propre contemplation, et reproduisant I'une après I'autre lesexpressions, les mimiques qu'elle qu’elle lui avait faites au cours de leur conversation et qui lui avaient semblé naturelles : «Elle s'y représentait à elle-même dans tous les sens où, durant notre entretien, j'avais vu son visage.» En somme, la jeune fille ne faisait qu'étudier et perfectionner ses gestes et son jeu de physionomie : léger péché véniel que cette duperie, ce qu’il appela des «toursde gibecière». Il aimait la comédie, mais pas à la ville. Aussi persifla-t-il : «Je viens de voir, Mademoiselle, les machines de I'opéra !» Et, ajoutant que ce spectacle le «divertira toujours», mais le «touchera moins», il rompit brutalement, à la façon d’Alceste, le misanthrope de Molière. Et de ce traumatisme originel toute une œuvre serait née car cette expérience allait nourrir son...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Marivaux
  • Marivaux
  • Marivaux
  • marivaux
  • Marivaux
  • Marivaux
  • Marivaux
  • Marivaux

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !